Les 7 erreurs du photographe amateur

0

Dernièrement j’ai organisé une web-conférence en direct pour répondre aux principales questions que les lecteurs me posent régulièrement par mail.

Cela fait maintenant plus de 3 ans que j’aide des photographes à apprendre et progresser en photographie, et au fil du temps, j’ai remarqué pas mal d’erreurs et de petites choses qui, une fois corrigées vous permettraient de devenir un meilleur photographe.

Plus de 250 personnes ont suivi cette conférence en direct, avec des questions très pertinentes dans l’espace de discussion !

Voici les 7 points que j’ai abordé dans ce wébinaire.

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire, le lien du replay est encore disponible ici et il le restera uniquement jusqu’au dimanche 28 mai, tout comme cet article.


Il y a quelques semaines, je vous ai envoyé par mail un questionnaire avec à l’intérieur la question centrale : qu’est ce qui vous bloque en photographie, qu’est ce qui selon vous est un frein pour votre progression : vous avez été très nombreux (plus de 60% parmi vous) à me dire « la technique ».

Certains sont même allés plus loin en disant que de leur point de vue, la technique est la chose la plus importante en photo.

D’ailleurs, je constate cela lorsque je donne des cours en présentiel, dans des workshop, ou quand je lis les mails des lecteurs du blog, beaucoup de photographes amateurs considèrent que la technique est tellement importante qu’ils ne peuvent pas progresser sans savoir par exemple utiliser parfaitement le mode manuel.

Alors, parlons du mode manuel

Vous le savez si vous me suivez depuis un moment, je suis un fervent défenseur du mode manuel, à l’inverse d’autres blogueurs, qui disent que c’est optionnel, mais au final, qui sont aujourd’hui plus « formateurs » que réellement photographes, et donc du coup qui sortent beaucoup moins sur le terrain (et encore moins en voyage).

Croyez en la parole d’un photographe de presse qui produit beaucoup de reportages tout au long de l’année, l’apprentissage du mode manuel est très très important. 

Pourquoi ?

Parce qu’au delà de dire aux autres que “vous êtes en mode manuel », ce dont on se moque, savoir utiliser le mode manuel, c’est simplement savoir se servir d’un appareil photo, véritablement, et donc être capable de s’adapter à n’importe quelle situation et être plus efficace que les autres photographes qui laissent passer des opportunités.

drone chat

 EXEMPLE : Faire voler un drone

C’est à la mode. Et les constructeurs vous mettent désormais dans les mains, des modèles qui volent presque tout seul, en appuyant sur quelques boutons.

Mais le jour où il y a une avarie technique, que l’électronique lâche (ce qui arrive ! …) il vaut mieux savoir être capable de passer en mode manuel, non ?

Bref, pour revenir à la photo, comprendre comment fonctionne l’appareil photo, connaître la technique, c’est important, mais ce n’est pas uniquement cela qui fera de vous un bon photographe.

Donc en résumé :

Faire de la photo, ce n’est pas qu’une question de réglages d’appareil photo

On me demande souvent de donner les exifs de mes photos, ou pire, on me demande quels sont les bons réglages pour telle ou telle situation. C’est absurde, parce qu’il n’y a pas de solution magique, tout dépend de la quantité de lumière présente lors de la prise de vue. C’est pourquoi, connaître le mécanisme complet, autrement dit le mode manuel va vous permettre de répondre vous même à vos questions.

J’ai une bonne nouvelle pour vous

Il faut moins de 2h pour apprendre à utiliser le mode manuel.

Dans le club photo que je vous propose, je vous donne accès par exemple à un atelier qui vous explique concrètement et pas à pas comment y arriver en 1h30, ni plus, ni moins.

Après, il est simplement question de pratique et de patience…

Autre réponse récurrente dans le questionnaire que j’ai envoyé aux lecteurs du blog : « je n’ai pas le bon matériel pour apprendre correctement la photo ou progresser »

Beaucoup d’amateurs de photo pensent, à tord, qu’il faut du matériel très cher pour être un meilleur photographe. Certains s’endettent, ou dépensent toutes leurs économies dans un modèle d’appareil pour « professionnel », buvant les paroles d’un bon vendeur en magasin.

Et puis, au moment de la prise de vue, le résultat n’est pas forcément « pro » et c’est la frustration

Je connais des photographes amateurs qui sont beaucoup mieux équipés en terme de matériel que certains collègues reporters photographes. Et pourtant, leurs photos sont fades, parfois même mal exposées ou mauvaises techniquement parlant.

Personnellement, 60% du temps, je fais des photos avec mon téléphone. Je les travaille un peu et quand je les poste sur Instagram, elles reçoivent des centaines de « likes » et au fil du temps, j’ai atteint les 10 000 followers sur Instagram. Sur ce compte, 80% des photos postées sont réalisées avec mon téléphone.

Voici un autre exemple : celui de mon ami photographe Balint dont l’interview est disponible sur le blog.

Il est suivi par des centaines de milliers de personnes, et ses photos prisent avec un téléphone sont publiées dans des magazines hautement prestigieux comme le Time, Polka, le magazine Photo, etc.

Et pourtant c’est fait avec un « simple » téléphone et une application qui coute quelques centimes d’euros.

La photo, c’est une activité qui peut être chronophage, certes. Mais comme toutes les passions !

Vous avez un travail, une vie de famille, peut être des enfants, et toujours que 24h dans votre journée… Nous sommes tous très occupés. On a tous des trucs à faire et pas le temps d’apprendre, de lire des bouquins, des articles de blog, ou regarder des vidéos.

Mais quand on part en voyage, on a envie de ramener de bons souvenirs en photo, et là, on se rend compte qu’il est trop tard pour apprendre comment faire de bonnes photos de la superbe scène qui est en face de nous…

Et là, on est frustré, on s’en veut de ne pas avoir mieux préparé ce voyage en se formant un minimum à la photo…

Si vous êtes vraiment passionné, vous n’allez pas faire attention au temps passé dans une activité.

Si demain vous voulez commencer à apprendre à jouer d’un instrument, il va falloir apprendre le solfège, réviser constamment ses gammes, s’entraîner, encore et encore afin de parfaitement maîtriser ce dernier.

J’ai une bonne nouvelle pour vous : La photo, ce n’est pas comme le violon, cela ne demande pas des heures et des heures d’entraînement avant d’arriver à faire quelque chose de mélodieux, ou du moins de bon techniquement parlant.

En suivant les bons conseils dès le début, en vous formant un minimum et surtout en ayant des retours pertinent sur vos images, vous allez progresser extrêmement vite, croyez moi.

Cette erreur est un peu liée à la précédente.

Car en photographie, les résultats ne sont pas toujours immédiats, cela peut prendre du temps avant de comprendre certaines choses (surtout quand on est seul à apprendre), et du coup il y a le risque de se démotiver, de passer moins de temps et d’énergie à essayer de s’améliorer.

Et c’est terrible parce que cela devient alors un cercle vicieux.

Plus vous vous découragez, moins vous progressez, et plus vous êtes frustré par le rendu de vos images.

A quoi bon dépenser des centaines d’euros (parfois même plus) dans du matériel que l’on ne maîtrise pas totalement, l’amener avec nous en voyage et rater les photos que l’on a en tête ? Encore une fois, la photographie est une passion, et comme toute passion, il faut un minimum de motivation pour progresser et se faire plaisir.

Parce que c’est en ayant des résultats que vous allez vous motiver et enclencher au contraire un cercle vertueux.

Tout le monde peut y arriver, même vous et vous le méritez !

Peut être même qu’à un moment donné, vous allez même vouloir passer à l’étape supérieur et devenir photographe professionnel, ou du moins vendre vos photos !

C’est arrivé à des lecteurs du blog et des clients de mes formations. Et cela peut absolument vous arriver aussi ! Tout dépend de votre degrés de motivation en fait.

Et puis, sans parler de devenir pro, qui n’a pas déjà rêvé d’exposer ses images, de pouvoir les voir dans un magazine comme Géo ou le National Géo ? Ou tout simplement voir que les gens les apprécient et les partage ?

Cela ne peut pas arriver si vous n’êtes pas dans un état d’esprit de bon photographe, qui est motivé à progresser et se former !

J’entends souvent cette phrase qui n’a pas vraiment de sens : « retoucher c’est de la triche »

Il y a pas si longtemps, je répondais au mail d’une lectrice qui me disait qu’elle ne voulait pas utiliser Lightroom ou photoshop parce qu’à l’époque de l’argentique ça n’existait pas et du coup c’est pas de la vrai photo.

Je lui ai répondu que ce n’est pas parce qu’il n’y avait pas la suite adobe à l’époque, que les plus grands photographes, comme Salgado, ne retravaillait pas leurs images.

Au contraire, ils passaient bien plus de temps à jouer avec leurs produits chimiques, dans leur chambre noir, pour atténuer telle ou telle couleur, relever telle ou telle tonalité, modifier le contraste, et j’en passe, le tout grâce à des procédés chimiques de développement.

Aujourd’hui, quand vous faites une photo en format RAW, et non pas en version compressée ou JPEG, c’est exactement comme si vous preniez une photo en argentique, car le RAW est l’équivalent du négatif argentique.

Ce négatif, plutôt que de le plonger dans un bac de produits chimiques, vous l’ouvrez avec Lightroom ou photoshop pour le travailler un peu et l’exporter en fichier imprimable ou publiable sur les réseaux sociaux.

C’est donc une étape normale et absolument nécessaire dans la photographie.

Autre chose d’importante

Je le dit souvent à mes élèves : votre appareil photo, ce n’est pas votre oeil humain. Même si son mécanisme fonctionne comme la rétine de l’oeil humain, ce n’est qu’un bout de plastique et de circuits électroniques.

Prenons l’exemple d’un coucher de soleil par exemple : le contraste est trop grand pour être géré correctement, il faut donc savoir terminer son image sur l’ordinateur. Mais également pour la sublimer.

L’un des meilleurs conseils que je partage souvent avec mes élèves en cours de photo, c’est de regarder ce que font les autres photographes. Surtout les grands photographes, les pro, ceux dont le travail est publié dans les magazines, dans les galeries, parce que si c’est le cas, ce n’est pas par hasard.

Avant de trouver son style, il faut s’inspirer de celui des autres. Et le simple fait de regarder va nourrir votre oeil.

C’est juste le truc le plus important : nourrir son oeil

Apprendre à faire des photos c’est une chose, apprendre à faire de bonnes photos, s’en est une autre.

Pour progresser, il faut avoir un minimum de culture photographique.

Sur ce point, je vous renvoie à l’interview en vidéo de Eric Bouvet.

Une école photo c’est très très très cher. Cela coute plusieurs milliers d’euros pour une seule année et entre vous et moi, vous n’y apprendrez pas beaucoup plus que ce que vous pouvez lire dans certains livres à moins de 20 euros sur la technique, ou lors d’une workshop avec un photographe pendant quelques heures…

Autre option : les formations en ligne, un peu comme celle que je propose à travers le pack du photographe voyageur.

D’ailleurs, je suis loin d’être le seul à proposer des formations, des ateliers photos, il y a de plus en plus de formateurs dans ce domaine.

Par contre, assez peu sont véritablement photographes, encore moins professionnels (j’entends par la qui vivent de la photographie, qui vendent des images et qui sont donc légitimes pour apprendre cet art).

Et ça se voit, parce que de plus en plus de photographes amateurs sortent assez déçus de certaines formations et considèrent dès lors qu’ils vont apprendre seuls et qu’il n’existe pas de bonne méthode pour progresser.

Je vous l’ai déjà dit dans la première partie de cet article, il n’y a pas de méthode miracle pour devenir un bon photographe, cela demande du temps, de l’énergie, de la patience et de la motivation.

Mais ce n’est pas tout.

Il faut se former. Et par se former, je ne dis pas qu’il faut lire plein de livre ou regarder plein de vidéos.

Je dis qu’il faut montrer ses images aux bonnes personnes, à celles qui ont un oeil averti et une expérience certifiée, qui peuvent vous dire ce qui va et ce qui ne va pas, et surtout, comment progresser pour faire mieux.

Il n’existe pas vraiment de méthode en particulier pour progresser efficacement en photographie, mais il y a une solution qui fonctionne très bien : c’est l’accompagnement et le suivi.

En quelque sorte, c’est quand même une méthode d’apprentissage, que j’ai décidé d’enseigner aux photographes qui veulent progresser sérieusement et qui sont à la recherche de vrais résultats.

Elle est issue de mon expérience de photographe de presse, plus de 4 ans à produire des reportages pour différents médias, mais aussi pour des entreprises, des particuliers (mariages notamment) et lors de nombreux voyages partout dans le monde.

Car avant de pouvoir vendre mes photos à des magazines comme Géo, Le Figaro et bien d’autre encore,

J’étais comme vous…

Au début, je bloquais sur les réglages de l’appareil photo.

Le rendu de mes images n’était pas celui que j’imaginais au moment de la prise de vue.

Je ne savais pas comment faire des images plus créatives et originales.

Je n’étais pas fier de mes photos.

J’avais du mal à choisir les bonnes photos parmi les milliers que je prenais sans tout le temps bien réfléchir.

J’avais du mal à me démarquer des autres…

Et puis finalement je ne me suis pas découragé, je me suis formé auprès de photographes talentueux, j’ai expérimenté de nombreuses choses sur le terrain et j’ai eu de très nombreux retours qui m’ont permis de progresser très vite et de rapidement vivre de ma passion tout en réussissant enfin à créer les images que je voulais créer, à être plus réactif et créatif, à me faire vraiment plaisir en photographie.

Aujourd’hui, j’ai décidé de partager cette méthode d’apprentissage avec vous.

Je vais le faire à travers la création d’un club photo en ligne dans lequel je vous accompagne, de façon personnalisée.

Ce club photo 2.0 est unique.

Voici comment il est organisé et ce que vous pouvez y retrouver une fois à l’intérieur :

diapositive33

Une fois que vous aurez fait l’exercice, vous pourrez poster le résultat sur l’espace privé et je les corrigerai moi même. On peut difficilement faire mieux en terme de suivi et d’accompagnement !

Mais ce n’est pas tout !

– Il y aura aussi une web-conférence coaching commun tous les mois

– Vous aurez également 50% de réduction sur mes workshop en présentiel et je prévois d’en faire quelques un dans plusieurs villes de France en 2017.

– Et enfin, j’organiserai une ou plusieurs rencontres abonnées dans l’année pour faire un point tous ensemble et se voir “en vrai” parce que c’est plus sympa !

Vous l’avez compris, ce club photo va clairement vous permettre de progresser en technique, mais aussi d’être beaucoup plus créatif, parce que non seulement je vais partager avec vous tout mon savoir, mais je vais surtout vous coacher tout au long de votre apprentissage, je serai avec vous pour vous aider à rester motivé et à progresser encore plus vite pour vous faire davantage plaisir en photographie.

Mais…

Parce qu’il y a un mais.

Vous vous doutez bien que comme vous, je n’ai que 24h dans mes journées, et que par conséquent je ne pourrai pas accueillir tout le monde dans ce club.

C’est pourquoi j’ai décidé de limiter l’entrée à 100 élèves grand maximum !

Par ailleurs, les inscriptions ne dureront qu’une semaine et je refermerai les portes jusqu’à l’été prochain au moins, car je veux que les membres avancent tous ensemble au même niveau.

La question que vous vous posez peut être c’est : combien ça coute ?

Déjà, il faut savoir que même si je souhaite limiter le nombre de membre du club, je veux que ce soit abordable et que vous ayez la possibilité de l’intégrer.

J’ai donc choisi de vous proposer une offre par abonnement. De cette façon, vous êtes libre d’arrêter quand vous voulez et vous ne payez que la durée que vous souhaitez, sans engagement.

Cependant, certain parmi vous m’ont déjà dit que ce format les intéresse fortement et qu’ils sont motivés pour rester au moins une année entière à suivre les cours toutes les semaines et tous les mois. C’est pourquoi je leur propose un tarif spécial.

Imaginez combien cela vous couterait d’avoir un suivi personnalisé toute une année, des exercices corrigés toutes les semaines, des ateliers en vidéo et des sessions de coaching en direct tous les mois ? Vu que ce genre d’offre n’existe pas encore sur le marché c’est difficile on est d’accord…

Et si je vous disais que cela ne vous coutera pas plus cher que le prix d’un café par jour (et encore en province, pas à Paris !) ou encore moins cher que le prix d’un paquet de cigarette par semaine ?

Ça vaut le coup d’arrêter de fumer là non ?

Vous avez accès au prix de l’abonnement au club photo 2.0 et le récapitulatif complet du contenu en cliquant sur le lien à côté du chat !

Mais ce n’est pas tout !

Pour celles et ceux qui seront les plus rapides à rejoindre le club à partir de maintenant, j’offre des bonus supplémentaires !

Les portes du CLUB PHOTO 2.0 sont ouvertes uniquement jusqu’au dimanche 28 mai !

=> Cliquez ici pour avoir plus d’infos sur ce Club Photo 2.0

Categories: Destination photo

Photojournaliste professionnel et passionné, auteur du blog Destination Reportage.

Leave A Reply