Pyrénaline : double première mondiale au Pic du Midi - Destination Reportage

Pyrénaline : double première mondiale au Pic du Midi

C’était l’un des gros projets de 2015 pour l’équipe Pyrénaline que j’ai le plaisir de suivre depuis sa création officielle il y a quasiment 3 ans. Sauter en pendule depuis la télécabine du Pic du Midi, un défi complètement fou, qui promettait une incroyable aventure technique, sportive et humaine.

L’histoire commence lors d’une réunion de l’association, à Toulouse, il y a quelques mois. Après avoir réussi le pari fou d’installer une highline sur la place du Capitole, et accessoirement au-dessus de 4 étages de parking souterrain, pourquoi ne pas frapper un grand coup, cette fois dans les Pyrénées, avec un nouveau record de saut pendulaire ?

L’idée de faire ça dans un endroit mythique de la chaîne pyrénéenne comme le Pic du Midi est plus que séduisante, mais pas forcément des plus évidentes. Mais après une première rencontre avec les maîtres des lieux, un premier projet de highline entre deux télécabines se dessine et Pyrénaline commence à défrayer la chronique dans une grosse trentaine de journaux.

Mais cette petite randonnée aérienne n’est qu’une première étape vers l’énorme challenge technique et sportif qu’ils veulent réaliser à la rentrée. Plusieurs repérages et quelques heures de négociations avec la direction du Pic plus tard, 9 membres de l’équipe investissent les lieux dès le 31 août avec comme mission d’installer la plus grosse balançoire de France.

Le défi technique est de taille, car pour permettre à ces athlètes hors-normes de s’élancer depuis la télécabine dans les quelques 310 mètres de vide, il faut tendre deux tyroliennes de cordes entre la station intermédiaire, et une falaise à mi-distance avec le sommet du Pic, accessible en rappel depuis l’une des cabines.

Au total, les tyroliennes de cordes statiques atteignent les 1100 mètres de longueurs, et plus de 4 km de cordes sont utilisées pour ce système !

Au milieu de ces tyroliennes, des poulies sont intelligemment placées pour relier les deux cordes de saut au jumper qui utilisera la cabine comme exit, afin de permettre à l’exploitation de la station de se poursuivre.

ID2_0547

Météo chaotique

A l’origine, une seule semaine était bloquée par les membres de l’équipe pour réaliser ce nouvel exploit, mais c’était sans compter sur une météo plus que chaotique, qui a empêché Pyrénaline de réaliser le premier saut avant le lundi 7 septembre. Mer de nuage pour les touristes du Pic, purée de pois pour les « rope jumper », la visibilité quasi nulle et qui persistent plusieurs jours durant ne leur permet pas de réaliser le « test pierre » qui validera l’installation.

Et puis, c’est l’éclaircie. L’équipe se prépare après le succès du deuxième test de lest (le premier ayant été accidentellement raté), Paulo est le premier à sauter. Dans la cabine, l’ambiance est électrique et la pression plus que palpable. Tandis que Paulo s’équipe et vérifie, avec le reste des membres présents avec lui, les cordes de saut, Adrien et Loïc s’élancent en BASE Jump depuis la cabine pour rejoindre le fond de la vallée et récupérer Paulo après son saut.

Les deux dronistes font décoller leur mini-hélicoptère grâce à une plateforme de moins d’un mètre-carré (et le talent du pilote), et l’heure est enfin au premier « jump » depuis une télécabine dans l’histoire des sports extrêmes.

« 3… 2… 1… CHOU ! »

Le décompte de Paulo perce un lourd silence et sa chute laisse bouche-bée même les spectateurs les plus habitués dans et sur la cabine. Puis, c’est l’explosion de joie et tandis que l’on se « check » dans la cabine, d’autres dansent sur le toit !


Saut pendulaire depuis le pic du midi de… par Air-hd.com (et non pas France 3 !)

« Pas de record de France pour Pyrénaline » titrent les rédactions. Mais cette aventure est pourtant plus que propice à tous les superlatifs : plus grandes tyroliennes de cordes jamais installées pour un saut pendulaire, premier et plus grand saut pendulaire depuis un téléphérique, plus haut saut pendulaire en altitude en France et probablement dans le monde.

Cependant, pour ce premier saut, l’équipe a fait le choix de mettre une longueur de corde relativement courte afin de ne pas prendre trop de risque. Et on dit que ces gens sont fous…

Record de France, oui, mais avec panache

Le pendule étant véritablement validé, et un créneau météo se dessinant en cette fin de semaine humide, la décision est prise de refaire un saut. Vendredi 11 septembre, Matthias, le wingsuiteur de l’équipe s’apprête à faire LE saut record. Et pour l’occasion, il a pris ses ailes.

Cet habitué de wingsuit en skydive, comprenez saut en parachute depuis un avion avec une combinaison ailée permettant de dériver sur l’air, ne va pas « juste » se contenter de sauter depuis une télécabine avec des cordes. Il va le faire avec une combinaison lui permettant non pas de véritablement « voler », mais au moins de se déplacer sur l’air, lors de sa chute.

Une première en pendulaire ? Pas tout à fait car l’un des membres de l’équipe ukrainienne « Rock’n’Rope » avait déjà tenté l’expérience, mais avec une petite wingsuit, depuis une falaise dans le Verdon. Cette fois, il s’agit d’une plus grande combinaison et d’un type de structure humaine encore vierge de cette discipline, un téléphérique.

La suite se passe de commentaire, elle se regarde dans cette vidéo réalisée par votre serviteur, lors de cette incroyable aventure.

« Alors, record ou pas ?? », demandent les membres du personnel du Pic qui ont profité d’un bel éclairage médiatique avec la venue des Toulousains. A cette question, l’équipe répond oui mais non. Car même si l’installation est résolument la plus grande jamais installé en France (et même dans le monde, les tyroliennes de Mont Rebei pour le record du monde n’atteignaient pas les 800 mètres de long), la distance de chute de Matthias (notamment du fait de la wingsuit) est sensiblement la même que celle réalisée par l’équipe lors du précédent record de France au Verdon, à savoir environ 240 mètres.

En conclusion : record de France validé, mais surtout réalisé « à domicile », dans les Pyrénées, le terrain de jeu favori de l’équipe Pyrénaline…

Fred
Je m'appelle Fred et je suis reporter-photographe professionnel. En plus de mon travail pour la presse magazine, j'aide les autres photographes, qu'ils soient amateurs ou professionnels. Mon métier de photographe m'amène à voyager un peu partout à travers le monde. J'en profite donc pour partager ces expériences et ces découvertes à travers des reportages et des carnets de voyage sur cette chaîne YouTube. Si vous êtes photographe amateur et que vous êtes à la recherche de conseils et d'astuces pour progresser en photo, faire de meilleures images et vous faire davantage plaisir en photographie, alors cette chaîne est faite pour vous ! ► Téléchargez gratuitement mon dernier livre « J’apprends la Photographie en mode Reportage" : http://bit.ly/pdfmethodephoto Aujourd'hui, j'arrive à vivre pleinement de ma passion : la photographie et j'aide des milliers de photographes à y parvenir eux aussi. Si vous êtes pro ou que vous souhaitez le devenir, je partage avec vous mes meilleurs conseils marketing et business pour trouver plus de clients, vendre plus de photos et vivre concrètement de ce fabuleux métier. ► Ressources pour photographe professionnel : http://bit.ly/ressourcesphotographepro
You may also like
En immersion avec l’armée de terre
casseurs toulouse manifestation Remi Fraisse
Battle in Toulouse
1 Comment
  • […] de l’année pour l’équipe Pyrénaline. Après être resté 10 jours coincé dans un nuage au Pic du Midi, puis avoir supporté le vent et les premières nuits d’automne dans le Vercors, il est temps de […]

Leave Your Comment

Your Comment*

Your Name*
Your Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.