Interrail Archives - Destination Reportage

Tag Archives: Interrail

Au bout de l’Europe (épilogue)

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Le Kosovo n’étant pas sur la carte Interail, il nous a fallu contourner le petit Etat jusqu’en Macédoine, puis prendre un bus direction Pristina. Le trajet du retour s’est effectué de la même façon. Une fois arrivés à Skopje, la capitale, nous passons un deal avec un taxi non officiel. Pour dix euros, notre nouvel ami devient notre guide pour quelques heures. Le centre ville de Skopje est surprenant. Première étape de la visite touristique, une monumentale fontaine surplombée par une immense statue d’Alexandre 1er.

Destination Reportage blog voyage

Tandis que la conception semble d’époque antique, le monument n’a pourtant que quelques deux ans selon lui. Le centre de Skopje ressemble à un plateau de Monopoli, rempli de monuments flambants neufs et rappelant le passé glorieux de cette région jadis sous contrôle grec. Au final, nous libérons notre ami de ses obligations plus tôt que prévu, la visite étant plutôt brève.

Destination Reportage blog voyage

Direction la gare ferroviaire pour prendre un train de nuit pour la Bulgarie. Après une nuit assez mouvementée nous assistons au lever de soleil à Sofia, la capitale. Le contraste entre la banlieue et le centre ville est saisissant. Au fur et à mesure que nous nous rapprochons des attractions touristiques que sont notamment les différentes mosquées de la ville, les prix augmentent et l’ambiance évolue. Nous prenons l’après midi pour faire le tour du centre ville avant de rejoindre le prochain train pour un nouveau pays.

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

La prochaine étape est Istanbul. Incroyable capitale culturelle et historique de la Turquie. Pour la première fois depuis un mois et 18 pays, nous ne sommes plus en terre inconnue. En effet, Anthony et moi avons déjà visité l’ancienne Constantinople. Cela ne nous empêchera pas de refaire un tour dans l’ancienne ville ainsi qu’une longue promenade le long du Bosphore. Mais le « moment fort » de cette étape aura été le « Grand Tarabya », un palace 5 étoiles qui nous aura permis de nous reposer après plusieurs jours et surtout plusieurs nuits passés dans les trains. La piscine, le sauna (et surtout les lits !) sont une formidable récompense et l’occasion de faire une petite pause avant la reprise du parcours.

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Le temps de faire un tour sur la place Taxsim, lieu d’émeutes trois jours avant notre arrivée, nous montons dans un bus pour Edirne, petite ville située à la frontière de la Grèce. 01h10 du matin, nous progressons à pieds et avec les sacs à dos sur une autoroute turque pour rejoindre la frontière, que nous comptons bien traverser de la même façon. La route est longue et nous nous résignons à faire du stop. Une BMW s’arrête et ses passagers acceptent de nous amener à la gare la plus proche pour nous avancer un peu. Sur place, un groupe d’étudiants Bulgares célèbrent à leur manière la fin du Ramadan sur le parking. Sans avoir le temps de comprendre, nous nous retrouvons à sept dans une Audi bien trop équipé pour de simples étudiants, en direction de la frontière. Il est bientôt 2h du matin et notre train côté Grèce est à 4h. « Passeports !». Nous passons les différents check point de la frontière avant d’arriver dans le petit village de Kastanies. « C’est ça la gare ?? ». La vision d’un abri délabré perdu dans un champ le long d’une voie ferrée envahie par la végétation est assez surprenante. Soit. Nous sortons nos sacs de couchage et nous profitons d’une bien courte « nuit ». Les phares du train nous réveillent. Ce dernier nous conduira vers Thessaloniki puis Platamonas, la ligne d’arrivée de ce voyage d’un mois à travers l’Europe. Les semaines suivantes ont été consacrées à une traversée du pays en train, bus et voiture de location à travers la Grèce.

Destination Reportage blog voyage

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

[Reportage Photo] Tourisme à Pristina

Destination Reportage blog voyage

Oubliez la plage et les palmiers et venez passer vos vacances au Kosovo ! Cette ancienne région de Serbie à l’époque de la Yougoslavie n’est devenue indépendante que très récemment, dans les années 2000. Ce qui n’empêche pas certaines tensions avec le pays voisin ainsi que la présence d’une force militaire internationale, la KFOR, sous commandement de l’OTAN. Dans les années 1990, le Kosovo a défrayé la chronique médiatique avec ses charniers et autres massacres.

Il faut l’intervention de l’OTAN pour un dénouement. Les forces américaines bombardent en 1999 l’armée serbe et « libère » le pays. « Bill Clinton is a great man ! », s’exclame notre chauffeur de taxi à Pristina. Le Kosovo est surement l’un des rares pays dans lequel les Etats-Unis sont appréciés…

Pristina dans un palace

Pour ce séjour, nous avons réservé un hôtel un peu particulier sur Booking. Pour une trentaine d’euros chacun, nous dormirons dans un hôtel 5 étoiles avec piscine, sauna et salle de musculation. Perdu dans la banlieue de la capitale, l’emplacement est plutôt inédit pour un palace. Le chauffeur du taxi était d’ailleurs convaincu que l’adresse était mauvaise. Nous voilà donc dans l’hôtel le plus luxueux d’un pays encore sous tutelle militaire internationale. Un tour en centre ville nous permet de découvrir une ville en reconstruction et tournée vers l’avenir.

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Destination Reportage blog voyage

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

Casino Royal dans les Balkans

Destination Reportage

Monténégro. « Le pays où a été tourné un James Bond non ? » Même pas ! Enfin, pas vraiment. Ce petit Etat des Balkans fait figure d’exception dans cet espace géographique dévasté par des décennies de guerres. Plages et casinos attirent les touristes venus du reste de l’Europe, dont beaucoup de russes.

Depuis Dubrovnik, nous prenons un bus en direction de Budva. Le paysage est familier, et pour cause, nous sommes sur l’une des routes que prend Daniel Craig dans Casino Royale dans son Aston Martin grise.

Cependant, la scène se termine rapidement et nous découvrirons que le reste des plans du film qui se déroulent normalement au Monténégro ont en fait été tourné… en République Tchèque. Une déception qui ne nous empêchera cependant pas d’aller gagner quelques euros au Casino et flâner sur les interminables plages de sable fin.

Destination Reportage

Quelques coups de soleil plus tard, nous reprenons le parcours direction la Serbie. Après une nuit difficile dans le train, nous arrivons à Belgrade. Dès les premiers mètres hors de la gare, on aperçoit un imposant bâtiment plutôt bien amoché par plusieurs tirs de missiles.

Devant les ruines, un militaire fait sa ronde. « Il s’agit du ministère de la défense », explique t il dans un anglais plus qu’approximatif. Apparemment, le bâtiment aurait subit des bombardement des forces de l’OTAN pendant la guerre contre la Bosnie. Son importance stratégique – centre de commandement militaire – en faisait une cible de choix. Etonnante scène en plein milieu d’un quartier administratif plutôt moderne.

Destination Reportage

La visite continue. A l’image de Sarajevo, Belgrade est une ville assez animée. Grandes rues piétonnes, immenses églises, dont St Sava, la plus grande église orthodoxe du monde, un quartier bohémien qui se veut la copie de Montmartre, et de nombreux touristes. A croire que la guerre n’a fait que passer, même si l’on sait que la Serbie était encore en conflit avec le Kosovo il y a une poignée d’année.

Destination Reportage

Destination Reportage

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

Turquie : Istanbul entre deux émeutes

Istanbul - Destination Reportage

Retour en image sur l’une des étapes de mon tour d’Europe. Cette fois il s’agit de la capitale historique et culturelle turque : Istanbul.

Cette fois, il n’est pas question pour moi de faire un album de vacance, mais de découvrir de mes propres yeux la vie des turques dans cette incroyable métropole, tandis que des émeutes font rage depuis plusieurs semaines. En effet, la mobilisation d’une poignée de militants écologistes opposés à la destruction du parc Gezi, en lisière de la place Taksim, s’est transformée en de véritables émeutes face à des forces de l’ordre impitoyables tout au long de l’été dernier. Pendant plusieurs semaines, plus de 3,5 millions de Turcs ont défilé dans une centaine de villes et l’addition de ces manifestations sanglantes est lourde : au moins 8 morts et plus de 8000 blessés.

Deux jours ont passé depuis la dernière grosse émeute lors de mon arrivée à Istanbul en été 2013. J’apprendrais quelques jours plus tard que, trois jours après mon départ, une nouvelle émeute aura éclaté et qu’un manifestant sera mortellement blessé…

Le contexte est donc lourd à l’occasion de cette nouvelle visite d’Istanbul. Quelques années auparavant, j’ai eu la chance de découvrir l’ancienne Constantinople et y visiter tous les incroyables monuments de la vieille ville. C’est donc le long du Bosphore cette fois que je me suis baladé avec mon boitier à l’épaule… juste avant d’arrivée sur cette fameuse place Taksim, abimée par les récents événements (plusieurs pavés ont été arrachés du sol pour servir de projectiles contre les forces de l’orde) et littéralement cernée par les autorités…

_DSC4191

_DSC4219

_DSC4222

_DSC4226

_DSC4238

_DSC4243

_DSC4251

_DSC4263

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

CONTINUE READING

Croatie : le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

_DSC3177

« La liberté ne se vend pas même pour tout l’or du monde », telle est la devise de la petite ville médiévale croate. Ses imposants remparts ont longtemps protégé les habitants des attaques ennemis, tandis qu’ils sont aujourd’hui envahis par des hordes de touristes, qui payent au passage pour avoir le luxe de se promener sur l’édifice. Au cours de la guerre d’indépendance de la Croatie, Dubrovnik a du essuyé de nombreux bombardements. Les deux tiers des bâtiments ont été touchés par des obus et les toitures ont été progressivement changées… avec des tuiles toulousaines !

Suivez le guide…

_DSC3209

_DSC3221

_DSC3244

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

CONTINUE READING

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

Nous partons pour Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. Dans le train, nous faisons la rencontre d’un croate sympathique. A notre question sur l’heure d’arrivée, il nous répond « I don’t speak english, mais je parle un peu français ». S’ensuivent des rires et une très longue conversation qui nous occupera tout au long du trajet pour Sarajevo. Cette ville meurtrie porte encore les stigmates de la guerre contre les Serbes. Entre avril 1992 et février 1996, la ville a connu un terrible siège qui aurait causer la mort d’environ 10 000 personnes. Eric Sandor nous raconte cet épisode de la guerre qu’il a connu étant donné qu’il a toujours vécu à Sarajevo.

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

Terminus, tout le monde descend. Après avoir laissé nos sacs dans une auberge de jeunesse, nous partons pour la vieille ville. Sur le trajet, nous découvrons les stigmates de la guerre à travers de nombreux impacts de balles sur les bâtiments. Impressionnant. Il est dur à croire qu’il y a moins de 20 ans, des gens vivaient dans la peur de prendre une balle en sortant de chez eux… Quoi qu’il en soit, l’ambiance dans le centre ville est loin de rappeler les heures les plus sombres de la capitale bosniaque. Tandis que la prière du soir remplie les nombreuses mosquées, les terrasses des bars restent animées et nous rejoignons une amie portugaise rencontrée dans le train pour boire un verre.

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

Le lendemain, nous décidons de nous lever aux aurores afin d’admirer la ville au premières lueurs du jour. Encerclée par les montagnes, Sarajevo s’éveille. Nous quittons la Bosnie pour revenir en Croatie, direction Dubrovnik. Cependant, pas de train direct pour la cité fortifiée la plus connue de Croatie. Après une escale à la gare de Plocé, nous prenons un bus pour longer la côte adriatique. Comme prévu, nous arrivons dans une ville extrêmement touristique. Beaucoup de français, jusqu’à dans notre maison d’hôte au-dessus de la mer… Il nous reste encore quelques heures pour visiter la vieille ville et ses incroyables fortifications dont l’accès est malheureusement payant. Déambulant sur les remparts dominant l’adriatique, nous assistons à un coucher de soleil mémorable. Les rayons de soleil se reflètent sur les toits en tuiles rouges de la ville. L’harmonie des oranges est si belle que le soleil semble ralentir sa course pour faire durer le plaisir. Dire qu’il y a quelques années, la ville était bombardée et plus de la moitié des bâtiments ont été endommagés. Une entreprise toulousaine a d’ailleurs fait don de dizaines de millier de tuiles à la cité, jadis contrôlée par Napoléon, pour sa reconstruction.

De Sarajevo à Dubrovnik, les stigmates de la guerre

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

Mon top 5 des plus belles villes d’Europe

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Tandis que le Lonely Planet dévoile ses 10 meilleurs destinations, je me suis dis que ce ne serait pas une mauvaise idée de faire un petit top 5 des miennes.

Au cours de ma traversée de l’Europe en train l’été dernier, j’ai eu la chance de découvrir des villes incroyables. Incroyables par leur beauté, par leurs richesses en monuments et autres éléments architecturaux, mais aussi incroyables par l’ambiance et le charme qu’on y trouve.

Contrairement au Lonely Planet, je n’y ai pas inclus ma chère Ville rose de Toulouse, même si elle y a naturellement sa place (et même en pole position), afin de parler de destinations plus lointaines géographiquement.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Ljubljana

Perdue au coeur des Balkans, la petite capitale slovène de 280 000 habitants pourrait être résumée par un seul mot : le charme.

A peine deux fois plus grande en superficie que Toulouse, la ville se visite facilement en vélo. Il vous suffira de vous affranchir de 2 euros à l’office du tourisme pour obtenir un vélo pendant 3 heures et ainsi pouvoir vous balader dans les petites rues très pittoresques de l’ancienne cité yougoslave.

Non loin des reliefs alpins enneigés éternellement, la ville est le point de départ de nombreuses excursions touristiques en pleine nature. Cependant, le centre ville est déjà en soi une très agréable destination. Comme à Amsterdam, la ville est traversée par des canaux fluviaux, sur lesquels il est possible de faire un tour en bâteau.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

Un marché quotidien (du lundi au samedi) est à découvrir sur la place principale de la capitale. On peut y acheter des fruits et légumes mais aussi y goûter des spécialités régionales pour pas cher ! C’est vivant, très coloré et très agréable.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Rome

Qui ne connait pas Rome ? Pouvoir visiter la capitale italienne est peut être l’un des seuls intérêts de faire du latin à l’école. A même pas deux heures d’avion de Toulouse, il est possible de faire une visite dans le passé et découvrir une ville incroyable, incroyablement riche historiquement et culturellement.

Cependant, ne vous laissez pas effrayer par sa grande superficie (plus de 1200 km2, soit 12 fois Paris), car on en fait facilement et plus rapidement qu’on croit, le tour. Un week-end peut être largement suffisant pour visiter la ville, même si l’ambiance et le charme de Rome vous donnera envie de rester plus longtemps !

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

La fontaine de Trévi, bien qu’étant sans cesse assaillie par les touristes (et ce à n’importe quelle heure de la journée !) reste une merveille architecturale et un passage obligé dans la ville. Jetez y une pièce en pensant au million d’euros collecté de cette façon tous les ans (soit 2000 euros par jour !).

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Cracovie

Capitale culturelle de la Pologne, Krakow est aussi la deuxième ville du pays. Située dans le sud, non loin de la frontière avec la Slovaquie, elle est le point de départ de plusieurs excursions dans l’arrière pays, notamment vers l’ancien camp de la mort d’Auschwitz.

Depuis la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc communiste, la ville s’est ouverte et près de 200 000 touristes visitent ce haut lieu culturel chaque année.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

Passer une soirée sur la grande place Rynek Główny près de la Basilique Sainte-Marie est un véritable plaisir, surtout si on est en couple. Le charme et le romantisme de cette place est presque inoubliable.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Pristina

Etrange de voir figurer cette ville dans ce classement non ? Il faut dire que le Kosovo n’est pas une destination touristique extrêmement courue. Et pourtant ! La ville, encore en guerre il n’y a pas si longtemps, est en pleine reconstruction et compte bien s’ouvrir au tourisme international. Les hôtels 4 et 5 étoiles fleurissent au milieu des quartiers défavorisés.

Le coût de la vie y est très peu cher pour un touriste d’Europe de l’Ouest et la richesse culturelle du pays bien mise en valeur, à l’image de l’impressionnante bibliothèque nationale du Kosovo.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

La gentillesse des gens est assez frappante. Ce pays qui a connu des horreurs sans nom il y a encore une poignée d’années, ne semble pas être très rancunier envers les pays de l’OTAN qui ont allègrement bombardé la ville à la fin des années 1990 pour mettre fin au conflit entre serbes et albanais.

Une statue de Bill Clinton trône fièrement en plein centre ville, peut être l’un des rares pays du monde à aimer à ce point les Etats-Unis…

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Dubrovnik

La perle de l’Adriatique porte bien son nom ! Dubrovnik est une ville incroyable même si elle est chaque été littéralement envahie par les touristes, souvent français d’ailleurs. Très faiblement peuplée (environ 30 000 habitants), elle est l’une des destinations croates incontournables.

Située au sud du pays, à la frontière entre la Bosnie et le Monténégro, elle n’est pas simple d’accès depuis la terre. Privée de gare, sinon une gare routière, cette petite enclave ultra touristique, est surtout une escale de croisière très prisée.

« La liberté ne se vend pas même pour tout l’or du monde », telle est la devise de la petite ville médiévale croate. Ses imposants remparts ont longtemps protégé les habitants des attaques ennemis.

_DSC3318

Coup de coeur

Même s’il faut payer (environ 10 euros) pour avoir le luxe de se promener sur l’édifice, la promenade sur les remparts vaut complètement le détour, ne serait ce que pour admirer les célèbres toitures de la vieille ville au coucher de soleil

Au cours de la guerre d’indépendance de la Croatie, Dubrovnik a du essuyé de nombreux bombardements. Les deux tiers des bâtiments ont été touchés par des obus et les toitures ont été progressivement changées… avec des tuiles toulousaines !

CONTINUE READING

Les Balkans, entre guerre et tourisme

_DSC2293

Une plongée dans les Balkans

« Les Balkans au XXème siècle ». Le sujet de l’épreuve d’Histoire contemporaine en laisse perplexe plus d’un dans l’amphi Bodin. « Vous avez 3 heures », lance d’une voix froide l’une des surveillantes du concours d’entrée en 4ème année de Sciences-Po. Il faut dire que le sujet n’est pas le plus évident qu’il soit.

Et pourtant, il est terriblement intéressant. On définie souvent les Balkans comme une poudrière politique, un territoire qui a tellement connu la guerre que les habitants de ces pays se détestent profondément et veulent encore aujourd’hui s’entre tuer.

Qu’en est il dans la réalité ?

Si les relations entre les sept pays de l’ex-Yougoslavie sont si tendues que ce que l’on peut lire dans la presse ou même dans les livres d’Histoire, cela devrait être difficile de voyager en train dans cette région du monde.

Vérifions.

_DSC2893

La Croatie, nouvelle porte de l’Europe

Depuis le 1er juillet 2013, les frontières de l’Union Européenne se sont élargies vers l’Est. La Croatie est désormais la nouvelle porte d’entrée de l’Europe. Cela pose bien entendu des « problèmes » lorsque l’on sait que son voisin, la Bosnie est un pays presque à majorité musulmane. « Passeport ! ».

Décidément on ne s’habitue pas aux comportements rustres de la police aux frontières, surtout celle entre la Croatie et la Slovénie. Ces dernières agissent de concert pour « filtrer et surveiller », selon un contrôleur de la ligne Ljubljana-Zagreb. Dès notre arrivée dans la capitale croate, nous louons une voiture pour visiter l’arrière pays et redescendre sur la côte adriatique.

Après une nuit sur une plage de Rijeka, la deuxième ville du pays, nous poursuivons notre chemin jusqu’en Istrie et la magnifique ville de Pula.

_DSC2560

Ancienne cité romaine, son amphithéâtre incroyablement bien conservé et donnant sur le port, est là pour témoigner de sa prestigieuse histoire vieille de 3000 ans. Selon la légende, ce sont les Argonautes qui aurait fondé la ville.

C’est peut être cet héritage légendaire si ce n’est pas le charme des plages de l’adriatique qui a séduit le maréchal Tito et l’a convaincu d’établir sa résidence secondaire sur l’une des îles proches du littoral.

_DSC2842

Une nouvelle nuit à la belle étoile et nous voici en route pour l’un des parcs nationaux les plus beaux du pays, à savoir les lacs de Plitvicé. Nous débutons une petite randonnée riche en couleur. L’eau turquoise et les chutes d’eau sont à couper le souffle.

Autant dire que le contraste avec la capitale Zagreb est plutôt brutal. La circulation y est presque chaotique et les habitants pas des plus aimables. Il nous faudra une bonne demi-heure pour trouver le parlement croate dans lequel j’ai réalisé quelques photos (dans le cadre d’un reportage plus poussé sur la Croatie).

_DSC2935

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

[Reportage Photo] Un dimanche ensoleillé dans un camp de la mort…

Sujet Auschwitz-18

Visite guidée et en photos du camp d’Auschwitz-Birkenau

Plus d’un million et demi de visiteurs venant des quatre coins du monde se rendent, chaque année, dans la petite ville polonaise d’Oswiecim. Le but de leur venu, un camp de la mort nazi dans lequel plusieurs millions d’européens, juifs pour la plus part, ont été déportés pour être exterminés dans des conditions inhumaines. Depuis Cracovie, un train du début du siècle rejoint en quelques heures la petite bourgade polonaise, tristement célèbre. Le « musée » est gigantesque et s’étends sur plusieurs dizaines d’hectares. Près de quatre heures de visites glacent le sang du visiteur dans le but de lui faire prendre conscience des atrocités commises dans ce qui était avant l’arrivée des Allemands, un paisible village perdu dans les champs.

Sujet Auschwitz-2

Sujet Auschwitz-5

Sujet Auschwitz-6

Sujet Auschwitz-4

Sujet Auschwitz-7

Sujet Auschwitz-9

Sujet Auschwitz-10

Sujet Auschwitz-8

Sujet Auschwitz-11

Sujet Auschwitz-12

Sujet Auschwitz-14

Sujet Auschwitz-13

Sujet Auschwitz-15

Sujet Auschwitz-16

Sujet Auschwitz-17

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

—-

CONTINUE READING

Passage dans l’ancien bloc soviétique

_DSC3478

C’est avec le souvenir assez douloureux de la nuit précédente, passée dans la rue, que nous nous mettons en quête d’un train pour rejoindre Varsovie en Pologne. Après trois changements, nous avons la chance de nous allonger dans un wagon couchette.

Au coeur de l’Europe de l’Est

_DSC1166

Après une courte nuit, nous voici à Varsovie. La ville est grande et riche en monuments. L’église de la Sainte-Croix retient plus particulièrement mon attention, et pour cause : elle héberge le cœur de Frédéric Chopin, l’un des musiciens les plus talentueux de l’histoire. Au coin d’une rue défigurée par des travaux, un buste de Napoléon nous fait sourire et nous conforte sur notre façon de faire du tourisme. Cela a du bon de se promener sans vraiment savoir où l’on va. Nous retournons à la gare pour une destination peu habituelle : Oswiecim. Si ce nom ne vous dit rien, celui d’Auschwitz devrait. Dans un train du siècle dernier, nous nous dirigeons vers les camps de la mort nazis les plus tristement célèbres.

_DSC1339Le photo reportage complet dans le camp de la mort est visible ici

La visite dure près de cinq heures. Le plus surprenant est peut être le nombre de visiteurs à fouler le sol de ce « musée » : plus d’un million et demi par an ! L’affluence se ressent d’ailleurs dans le train du retour pour Cracovie. La capitale culturelle polonaise est incroyable. Nous profitons de sa vie nocturne avant de repartir le lendemain pour Prague en République Tchèque. Même programme dans une ville plus grande et encore plus dynamique.

_DSC1639Le charme de Cracovie

Nouvelle ville, nouveau pays, notre périple nous amène le lendemain à Vienne. En sortant de la gare, nous déambulons sans trop savoir où aller, tandis que notre route nous amène alors vers le château de Schönbrunn, dont les jardins majestueux ont été dessinés en 1695 par Jean Tréhet… un français. Nous profitons de l’endroit pour nous reposer avant de prendre le train pour la Slovaquie, ayant entendu de bonnes choses à propos des soirées passées à Bratislava. La petite capitale est surprenante. Assaillie de touristes, dont une très grande majorité de jeunes, la ville est résolument tournée vers l’avenir. Seul le centre historique échappe aux démolitions et aux reconstructions d’immeubles modernes.

_DSC1851Coucher de soleil romantique à Bratislava (Slovaquie)

Les vestiges de la Yougoslavie

Le lendemain, nous nous dirigeons vers Budapest, autre très belle capitale européenne dans laquelle nous restons deux jours afin de faire un peu de sport et pour profiter des thermes. Nous quittons progressivement l’Union Européenne. Au fur et à mesure que nous descendons vers la Grèce, les lignes de trains sont de plus en plus délabrées et moins rapides. C’est après une nuit dans le train que nous arrivons à Ljubljana. Cette capitale slovène au nom presque imprononçable fait également partie de nos coups de cœur. Très petite, deux heures en vélo permettent d’en faire le tour et d’atteindre le château qui domine les lieux afin de profiter d’un panorama d’exception.

_DSC2120Le calme de Ljubljana (Slovénie)

La prochaine étape est la Croatie. Tout nouveau membre de l’Union Européenne et également l’un des pays de l’ex-Yougoslavie, la Croatie fait partie malgré elle (car ses habitants n’aiment pas le terme), d’un ensemble géographique que sont les Balkans.

_DSC2306

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe de l’Est, Yougoslavie

—-

CONTINUE READING

InterRail, avantages et inconvénients

InterRail, c’est quoi ?

Il s’agit d’une boutique en ligne qui commercialise des tickets de train valables dans un ou plusieurs pays et qui permet au voyageur de prendre le train de façon illimitée pendant un certain laps de temps. Créée dans les années 1970, cette société travaille avec 32 compagnies ferroviaires européennes. Son siège est basé au Pays-Bas et elle possède des bureaux en Irlande et aux Etats-Unis. Concrètement, il est possible de voyager de façon illimitée en train dans 30 pays pendant un mois avec un seul « ticket ». J’ai testé et je vous en parle dans ce blog.

Comment ça marche ?

Tout d’abord, il faut acheter un pass en ligne sur le site d’InterRail ou sur celui d’Eurail, la version pour les résidents non européens. Plusieurs offres sont disponibles, voici ce que vous pouvez choisir.

Interrail choix du pass

Première ou seconde classe ?

Vous l’avez remarqué, il est possible de prendre un pass première classe. Cependant, il n’y a pas de tarifs réduits pour les moins de 25 ans et autant dire que ça devient alors très très cher… 1050 euros contre 442 euros pour un mois continu de voyage. D’autant plus qu’il faut savoir que sur certaines lignes, la première classe n’existe tout simplement pas ! Ayant testé la première classe une bonne partie de mon voyage, je suis en mesure de vous faire un retour. Le gros avantage d’être surclassé est le fait qu’il y a souvent bien plus de place dans les cabines. Lorsque l’on voyage avec son gros sac à dos pour un mois de voyage et que l’on peut poser ses pieds sur le siège d’en face pour les longues heures de trajets, c’est un sacré plus. Cependant, il est amusant de comparer les wagons et le confort de ces derniers selon le pays que l’on traverse. Inutile de vous dire que la première classe serbe ou bosniaque n’en a que le nom… Et encore, s’il y en a une !

Voyage à la carte

Comment ça marche concrètement ? Le principe est encore plus simple que ce que l’on pense. Vous entrez dans un train, vous attendez que l’on vous contrôle et vous montrez votre joli billet. Sauf exceptions (que vous découvrirez bien souvent au moment venu), il n’y a pas de réservations à faire (sauf pour les couchettes et les trains « express »). Attention cependant. Aussi bizarre que cela paraisse, la seule contrainte et d’inscrire sur votre billet le trajet que vous êtes en train de prendre (n° du train, gare de départ, gare d’arrivée, horaires). C’est tout. Si cela n’est pas écrit au moment du contrôle, vous aurez le droit à une remontrance du cheminot, souvent dans un anglais approximatif. Souriez, remplissez et rendormez vous.

C’est bien le plus grand intérêt de ce pass InterRail, à savoir que vous devenez un véritable baroudeur. Inutile de se prendre la tête à réserver des jours avant un billet de train, vous choisissez votre destination une fois sur le quai.

_DSC3651

Les mauvaises surprises

Mais tout n’est pas non plus rose et InterRail n’est pas le monde des Bisounours. Derrière la com et le markéting, voyager en InterRail peut engendrer des dépenses imprévues. Sous des prétextes franchement douteux, certains contrôleurs vous indiquent, plus ou moins gentiment (aahh la prévenance polonaise…), que vous devez payer des frais de réservations supplémentaires.

Cela vous amènera de temps en temps à mettre la main au porte monnaie et parfois même à sortir une somme correspondant presque à un ticket de train normal ! Cela m’est arrivé par exemple en Grèce, en République Tchèque, en Allemagne et en Hongrie.

Autre conseil important à savoir avant de partir, oubliez le long et pénible passage aux points d’informations si vous avez des questions concernant votre pass. J’ai fais l’erreur d’endurer des heures de files d’attentes interminables pour parlementer avec des employés qui ne connaissaient rien au système InterRail et qui me considéraient comme un voyageur lambda.

Ne vous posez pas trop de questions, renseignez vous un maximum sur internet avant de partir et auprès du service InterRail et ne cherchez pas d’informations aux comptoirs. Vous perdrez un temps précieux. C’est déjà difficile d’avoir un interlocuteur anglophone dans beaucoup de pays européens, alors avoir une réponse spécifique sur votre pass…

Pas si rentable que ça

Sans parler des prix des compagnies aériennes low cost, voyager est de moins en moins cher. Après en avoir discuter avec des voyageurs lors de mon tour d’Europe et après avoir regardé les prix sur les sites de réservations, voyager en train n’est pas si cher que cela, surtout en Europe de l’Est et du Sud.

On peut franchement se demander pourquoi prendre un pass InterRail par moment.

L’argument financier n’est pas le plus valable. Donc avant de passer commande, jetez un coup d’oeil sur les prix, en fonction des pays que vous voulez visiter. Néanmoins, la question des fluctuation des prix n’intervient pas lorsque l’on est armé d’un pass.

Je ne regrette pas cette expérience avec la société InterRail. Le système est quand même très sympa. Pas besoin de se prendre la tête avec 50 tickets de train, vous gardez le même tout au long du mois. Et puis ce petit bout de papier permet indirectement de faire des rencontres souvent intéressantes. En effet, les voyageurs utilisant ce pass sont très nombreux et ces derniers vous repèrent lors des contrôles, ce qui permet d’engager la conversation et de se faire des compagnons de voyages.

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

CONTINUE READING

Aux frontières de l’Europe (partie 2)

_DSC0662

Décoré d’un badge presse, nous parcourons les couloirs quasi déserts du parlement européen. A l’heure d’été, seuls les portiques de sécurité rappellent l’importance de ce haut lieu dans lequel se décident la politique de l’UE, et même indirectement celle de certains pays. Un passage par le « Parlamentarium », le Disneyland version politique de Bruxelles, et notre parcours dans la capitale belge se poursuit en vélo.

_DSC0644

Un vélo que nous aurions bien voulu conserver une fois à Amsterdam, l’après midi même après une rapide trajet en train. La ville du vélo, mais sans station libre service comme il en existe à Toulouse… C’est un comble ! Ce sera donc en bateau que la visite de la capitale des coffee shop se déroulera. Sur les innombrables canaux, les petites fêtes privées se multiplient tandis que le soleil se couche sur Amsterdam. Pas le temps de souffler, le départ pour Berlin est prévu à 22 heures. Or, première déconvenue et première nuit sur un banc dans la rue, aucun train entre 1h et 4h du matin…

_DSC0854

C’est donc en début d’après midi et après quelques heures de train que nous arrivons à Berlin. Le temps de trouver un vélo près du Bundestag et nous voilà prêts pour visiter la capitale allemande. Le mot « frontière » toujours en tête, nous roulons sur les traces du célèbre mur de Berlin. Soudain, nous sommes stoppés net par des soldats américains en uniforme. Pas de vérification de passeport mais plutôt une proposition de photo souvenir devant le « checkpoint Charlie », l’ancien poste frontière berlinois permettant de rejoindre la partie Est de la ville pendant la guerre froide. Le tourisme au service de l’Histoire… ou plutôt l’inverse ?

_DSC0861

 

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

CONTINUE READING

Aux frontières de l’Europe (partie 1)

Les mots « Europe » et « frontière » sont inlassablement et continuellement présents dans les médias et leur association inspire les meilleurs comme les pires discours politiques depuis des dizaines d’années. Paradoxalement, ces mots restent pour la majorité des gens des idées presque abstraites. A quoi ressemble une frontière pour un citoyen qui n’a pas eu la chance de voyager autrement qu’en avion ?

De la même façon, peut on comparer les sentiments d’appartenance à l’Union Européenne d’un Allemand et d’un Croate ? L’identité européenne est un véritable débat et de nombreux chercheurs s’attèlent encore à débroussailler cette « idée ».

_DSC0707

Bruxelles et plus particulièrement son parlement européen est notre première étape. Avant même d’entrer dans la célèbre instance, la « décoration » des lieux interpelle. De grandes bannières souhaitent la bienvenue à la Croatie. Depuis le 1er juillet, ce pays est le deuxième membre de l’ex-Yougoslavie (après la Slovénie) et le 28ème Etat à entrer dans l’Union Européenne.

Le long de la grande structure ovale en béton surplombant l’entrée du parlement, de grands tirages photos présentent le nouvel élève à travers des paysages et des portraits, à l’image d’une brochure touristique. Dans quelques semaines nous y serons. L’arène romaine de Pula, l’eau turquoise des lacs sauvages de Plitvicé… Le voyage ne fait que commencer !

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

CONTINUE READING

Un tour d’Europe en train (Introduction)

Dans le cadre d’un reportage pour un magazine spécialisé dans le transport ferroviaire, j’ai eu l’occasion entre juillet et août 2013 de voyager à travers l’Europe. Accompagné d’un ami rédacteur, nous avons traversé 18 pays en train, armés d’un « pass Interail » (www.interrail.eu). Cette incroyable expérience m’a permis de découvrir et de redécouvrir certains endroits formidables.

Afin de raconter ce voyage, j’ai tenté de capter la beauté de chaque ville étape de ce voyage de plus de 9000 km avec mon boitier. L’intérêt de ce « rail trip » qui aura duré près d’un mois et demi était également de se rendre compte de certaines réalités et surtout d’aller voir par soi-même des choses que l’on ne voit habituellement que dans les journaux télévisés ou dans les livres d’histoire.

De Bruxelles, centre de la politique européenne, à Athènes, capitale d’un Etat de l’Union Européenne en crise, ce voyage m’a également amené à visiter des endroits qui n’attirent habituellement pas les touristes, tels que le Kosovo, la Macédoine ou encore certains pays des Balkans, encore en guerre il y a une poignée d’année, comme la Bosnie ou la Serbie.


Agrandir la carte

Un mois pour traverser 18 pays, c’est peu. Très rapide diront certains. Face à ces délais très serrés, il nous a fallu faire des choix et se contenter bien souvent d’un ville pour un pays. Ainsi, il est évident qu’un pays comme l’Allemagne ne se résume pas à Berlin, tout comme la Turquie n’est pas à l’image de sa capitale historique, Istanbul.

Cependant, visiter, même pour quelques heures, le centre politique, culturel et historique d’un pays en dit long sur ce dernier. De plus, le voyage en train permet d’appréhender le passage de l’arrière pays au centre névralgique urbain. Souvent, le contraste est d’ailleurs saisissant !

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

CONTINUE READING

L’Europe en Interrail

Europe interrail

Pourquoi ne pas profiter de l’été pour faire un tour d’Europe ? C’est pour ma part ce que j’ai fais et je vais vous faire partager cette expérience et peut être réussir à vous convaincre de vous lancer vous aussi. Armé d’un ticket InterRail, j’ai visité 19 pays en Europe.

Lors de ce voyage, j’ai réalisé un reportage texte et photos pour le magazine français La Vie du Rail. L’idée était de s’intéresser au personnel ferroviaire des pays que je traversais. Un exercice pas si simple que cela du fait de la barrière de la langue mais aussi de la timidité de certains employés. Cela donne quand même un récit assez sympa qui informe sur les conditions de travail et de vie des cheminots européens.

Le sujet a fait la Une du numéro 3461, en lecture ci-dessous.

La publication dans le magazine La Vie du Rail

 

CONTINUE READING