Utiliser un drone quand on est photographe

4

Le drone, l’arme secrète du photographe

Ce n’est pas un scoop, la photographie aérienne prend une place de plus en plus importante dans tous les secteurs, même en presse car de nombreux magazines publient des images réalisées au drone notamment.

Par ailleurs, piloter un drone est devenu très accessible pour de plus en plus de gens, notamment des photographes qui veulent pouvoir “prendre de la hauteur”. En cause : la baisse des prix du matériel et la performance des machines qui sont de plus en plus fiables.

Dernièrement, j’ai fait l’acquisition du dernier-né de DJI, le Mavic Pro.

Petit mais terriblement puissant, ce drone d’à peine 743g et qui tient presque dans la poche d’une veste, est une véritable révolution, car il vole presque tout seul. D’ailleurs, la télécommande est même optionnelle, car une application mobile vous donne la possibilité de le piloter avec votre smartphone !

Apprendre à piloter

Bien entendu, avant d’acheter ce drone et de se lancer dans le pilotage, il convient de faire deux choses importantes.

Tout d’abord cela peut être une bonne idée de se familiariser au pilotage via un petit modèle de loisir, comme par exemple le Hubsban X4, que vous pouvez voir en action dans cette vidéo.

Drone, que dit la loi ?

La deuxième chose à faire quand on se lance dans l’univers des drones, c’est de bien se renseigner sur la législation.

La prolifération des drones depuis quelques années a donné lieu à un encadrement impitoyable en France.

Si vous êtes pris “le drone dans le sac” en train de voler “par maladresse ou négligence” dans une zone interdite de survol, vous risquez une peine maximale de 6 mois et une amende maximale de 15 000 € sans compter la possibilité de confiscation du drone.

La peine est aggravée à 1 an et 45 000 € d’amende en cas de survol dans une zone interdite “préméditée”.

Pour savoir où il est possible de voler ou non, rendez-vous sur les cartes aéronautique ici.

piloter drone loi geoportail

Beaucoup de contraintes

La zone de vol n’est pas la seule chose à bien respecter.

La DGAC (direction générale de l’aviation civile) a publié sur son site les 10 commandements de l’usage des drones en loisir :

  1. Je ne survole pas les personnes.
  2. Je respecte les hauteurs maximales de vol (150m au maximum, moins selon les zones, à vérifier sur les cartes)
  3. Je ne perds jamais mon drone de vue et je ne l’utilise pas la nuit.
  4. Je n’utilise pas mon drone au-dessus de l’espace public en agglomération.
  5. Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes.
  6. Je ne survole pas de sites sensibles ou protégés.
  7. Je respecte la vie privée des autres.
  8. Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées et je n’en fais pas une utilisation commerciale.
  9. Je vérifie dans quelles conditions je suis assuré pour la pratique de cette activité.
  10. En cas de doute, je me renseigne.

 

Merci à la société Air-HD.com pour son coup de main !

Le meilleur drone pour photographe

Les revues et autres tests de matériel sont tellement nombreux sur le web, que je ne vais pas m’attarder ici sur un comparatif de drones.

Je vais simplement vous parler de celui que j’utilise et pourquoi selon moi c’est le meilleur pour un photographe (surtout si vous faites comme moi de la photo en voyage !)

Ce drone, c’est donc le Mavic Pro de chez DJI. Petit (il tient avec tous les accessoires dans un sac ridiculement minuscule), léger (moins de 800g donc même pas besoin de le faire enregistrer à la préfecture quand on est pro) et fiable (le meilleur du meilleur en terme de technologie actuellement), c’est le compromis idéal pour un preneur d’image occasionnel et voyageur.

Son prix est plutôt raisonnable : entre 1200 et 1500 euros selon le choix du “pack”.

Les Numériques ont fait une très précise et longue revue de ce produit ici, et vous pouvez le voir à l’oeuvre dans ma dernière vidéo sur YouTube.

Si vous avez testé d’autres drones, n’hésitez pas à me le dire dans les commentaires et partager vos avis avec les autres lecteurs !

Categories: Destination photo

Photojournaliste professionnel et passionné, auteur du blog Destination Reportage.

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis photographe et exploitant de drône professionnel déclaré auprès de la DGAC.
    Le mavic est magique mais en terme de capteur c’est équivalent du phantom 3 advanced.
    Pour mes mariages, j’attends avec impatience le magique PRO V2 pour plus de pixel et une meilleur plage dynamique.
    Voici mon site internet: http://studioart-photographe.fr
    Bonne journée.

    Reply
  2. Attention, votre article sur la photographie par drones nécessite d’être complété. En effet, il faut distinguer l’usage loisir vs professionnel car ce dernier est davantage encadré.

    Reply
  3. Salut Fred,

    Une fois de plus j’ai trouvé ta vidéo très intéressante mais je n’ai pas trouvé le petit pouce bleu !!!

    @+

    Paul

    Reply

Leave A Reply