Destination voyage

Rubrique :Destination voyage

Steve McCurry partage sa vision de la photographie de voyage

En panne de motivation ? Dans une vidéo incroyablement motivante, le célèbre photographe Steve McCurry se confie à propos de la vision qu’il a du voyage et de la photographie.

« Ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage », explique le photographe de l’agence Magnum, « vous ne devez pas passer à côté des bonnes opportunités car au final c’est plus important que la destination que vous vous êtes fixée ». Steve McCurry rappelle notamment qu’il a pris ses meilleures photos tandis qu’il se rendait quelque part et qu’il était en quelque sorte perdu.

smc-4

C’est d’ailleurs l’un des conseils qu’il donne à travers cette courte vidéo, à savoir être capable de se perdre, d’explorer, de ressentir certains endroits et ne pas forcer les choses.

Lire la suite

Comprendre le tourisme pour donner du sens à son voyage

C’est l’objectif que s’est fixé Gildas Leprince. Ce jeune voyageur de 24 ans est sur le point de se lancer dans une incroyable aventure humaine et touristique à travers un voyage de plusieurs mois en sac à dos autour du bassin méditerranéen. Mais attention, il ne s’agit pas d’un voyage comme un autre. Au cours de ces 22 000 km qu’il s’apprête à parcourir, Gildas va réaliser plusieurs épisodes vidéos d’une web série. Dans cette dernière, il va aborder différentes notions liées à l’économie du tourisme, un domaine dans lequel il est plus que compétent.

DVD du film 2

Une aventure géopolitique

Qui a dit que la géographie et l’économie sont des matières ennuyeuses ? Surement pas notre jeune aventurier qui a déjà bourlingué au quatre coins du monde au fil de ses stages et autres expériences professionnelles. Il a d’ailleurs écrit un Mémoire sur « l’impacts du tourisme sur le développement : Cas des Caraïbes et de la Méditerranée. »

theìmatiques

A travers ce projet qu’il a nommé « Tourisme de la Méditerranée », Gildas nous rappelle que le tourisme est un des secteurs les plus dynamiques de l’économie puisqu’il génère près de 10% du PIB mondial. « On estime que sur l’ensemble de l’humanité, une personne sur 11 vit grâce au tourisme. Il a des caractéristiques particulières qui font qu’on peut le développer même dans les pays les plus pauvres de la planète. Il améliore la vie des gens, stabilise le pays et il est idéal pour une transition vers une économie verte car le tourisme repose sur le patrimoine naturel et culturel ainsi que sur une main d’oeuvre abondante ».

carte tour de la Meģditerraneģe

Il explique également que « le tourisme ne doit pas être développé ni pratiqué n’importe comment, sous peine d’infliger des dégâts importants pour le territoire et ses populations. Avec plus d’un milliard de touristes chaque année, il est important de savoir bien agir en voyageant ! »

Mateěriel

Une web série pour éduquer au voyage responsable

S’il a choisi la vidéo comme média, c’est surtout pour parler aux jeunes : « en Europe, les jeunes de moins de 25 ans représentent plus de 20% de la population totale. Alors que dans la région MENA (acronyme anglais pour la région Afrique du Nord et Moyen-Orient), ils représentent 50% de la population totale. La Méditerranée étant globalement jeune, je trouve donc important que ce soit un moins de 25 ans qui entreprenne ce projet pour la jeunesse de la région. Et ce, avec un moyen de communication adapté pour cette génération connectée : la vidéo ! »

Une longue et sérieuse préparation

L’aventurier ne se lance pas dans ce tour de la Méditerranée les mains dans les poches, loin de là. En parallèle de la préparation de la websérie, il a fait la promotion de son projet devant de nombreuses institutions telles que l’Organisation Mondiale du Tourisme, la Banque Mondiale, l’UNESCO, l’Agence Française de Développement, ainsi que devant des universitaires, des entreprises et des associations.

Des rencontres

Vous trouverez toutes les informations sur ce superbe projet sur ce site : www.mediterranee-lefilm.com et sur sa page Facebook. Je vous invite également à vous rendre sur ce lien afin de l’aider à réaliser son aventure !

Lire la suite

Olivier Roland : « Voyager permet d’ouvrir l’esprit »

Récemment, j’ai eu la chance d’interviewer un spécialiste du blogging en France et plus largement de l’entreprenariat. Olivier Roland, si vous ne le connaissais pas encore, c’est un jeune entrepreneur qui vit de ses blogs et qui voyage sans cesse à travers le monde.

Destination Reportage : Bonjour Olivier, est ce que tu peux te présenter pour les lecteurs du blog ? 

Olivier Roland : Je suis blogueur professionnel. J’ai plusieurs blogs, notamment « Des livres pour changer de vie », « Habitudes zen » et « blogueur pro ». Mon business modèle, c’est tout simplement d’utiliser mes blogs pour donner un « échantillon » de ce que je suis capable de créer comme contenu dans différents domaines.

Ensuite, les gens qui veulent aller plus loin s’abonne à ma newsletter pour recevoir un livre et ensuite ils peuvent aller encore plus loin en achetant des formations en ligne ou des livres numériques.

Sur ton site, tu expliques que tu as fais le choix du blogging pour sortir de ce que tu appelais une « prison dorée » qui était ta première entreprise, ce qui t’a permis au final de beaucoup voyager. Est que l’envie de voyage a été l’élément moteur de ce choix ?

Il y a eu plusieurs facteurs et le voyage en faisait évidemment beaucoup parti. J’ai créé ma première boite à 19 ans, ce qui était une aventure géniale, mais au bout d’un moment j’en ai eu marre d’avoir un déséquilibre si important entre vie professionnelle et vie privée et j’ai cherché pendant un moment à m’échapper de cela.

J’ai lu un bouquin qui m’a donné le feu sacré, « La semaine de 4h » dans lequel Tim Ferris explique comment mettre en place une entreprise sur internet, dont l’un des plus grands avantages est de donner une liberté géographique totale.

Quand j’ai lu ce livre, l’aspect voyage a été une composante extrêmement importante de ma motivation.

Olivier-Roland-Google-Plus

Quel est ton rapport avec le voyage ?

Aujourd’hui cela fait entièrement partie de ma vie. Je passe un peu moins de 6 mois en France. J’ai complètement changé mon style de vie. Avant de créer mon entreprise sur internet, donc avant 2010, je n’avais jamais quitté l’Europe. J’adorais déjà voyager, mais je n’avais jamais eu l’occasion de le faire.

Maximum je prenais entre 1 et 2 semaines de vacances par an. Je ne pouvais pas laisser tomber ma boite pendant très longtemps, donc ça limitait énormément les voyages que je pouvais faire.

A partir du moment où j’ai vendu ma première entreprise et que j’ai eu mes premiers revenus sur internet, j’ai décidé de frapper un grand coup avec un voyage à l’autre bout du monde, à Wallis et Futuna puis à Fidji.

J’ai passé un mois à l’autre bout du monde sur des îles paradisiaques, c’était extraordinaire !

Depuis je n’ai pas cessé de voyager, je suis allé dans 25 pays et j’adore ça. Cela fait entièrement partie de ma vie.

Est ce que tu n’es pas tenté de quitter la France pour t’installer autre part ?

Déjà, très fortement, la France est en train de devenir pour moi un pays comme un autre.

Ce qui est génial quand on voyage, c’est que ça nous sort de notre culture, ça nous fait beaucoup relativiser sur la pertinence de certaines normes et ça nous fait prendre conscience à la fois des qualités qu’on a en France, mais aussi des défauts, et des choses qui sont mieux ailleurs.

Certes c’est le pays où je suis né, dont je parle le mieux la langue, c’est le pays où il y a ma famille et mes amis, mais aujourd’hui j’ai des amis un peu partout dans le monde et j’envisage très sérieusement de quitter la France en 2015…

Note : en 2017, Olivier vit désormais à Londres.

Est ce que le voyage n’est pas le point commun entre tous les blogueurs ? Car la composante du voyage revient très fréquemment…

Je pense qu’il y a des blogueurs qui ne sont pas vraiment branchés voyages. Mais effectivement, à partir du moment où ta seule source de revenu c’est internet, tu es libre de voyager partout dans le monde.

Pour beaucoup de gens, la question c’est « pourquoi ne pas le faire ? ».

Je ne dirai pas que c’est le point commun de tous les blogueurs, mais une composante importante. Cela fait partie des choses qui motivent à devenir professionnel dans ce domaine.

Qu’est ce que le voyage t’apporte en tant qu’entrepreneur ?

La France a beaucoup de qualité, mais à force de voyager, je suis très impressionné par ce manque d’esprit entrepreneurial en France, c’est vraiment quelque chose de frappant.

Il y a quand même énormément de pays où les gens ont un état d’esprit plus positif, plus constructif. Au Brésil ou en Californie, il y a cette idée que chacun peut réussir, il s’agit d’avoir une idée et de se lancer et qu’il ne faut pas hésiter.

Alors qu’en France on ne peut pas dire que cet état d’esprit soit très répandu, au contraire.

Voyager ça permet aussi de sortir de ce climat un peu anti-entreprenariat en France. Au delà de ça, le simple fait de voyager ça ouvre l’esprit. Il y a une énorme différence entre les gens qui voyagent et les gens qui ne voyagent pas, clairement.

+++

Lire la suite

Alex du blog « Vizeo » : « Démystifier le voyage en sac à dos »

Il a remporté le « Golden Blog Award » dans la catégorie voyage il y a 3 ans alors qu’il était en vadrouille au Machu Picchu et l’année dernière, « Hostel World » l’a élu blogueur préféré des français. Mais vous le connaissez surement pour sa vidéo très virale « Mon tour du monde en 5 minutes ». Rencontre avec Alex de l’excellentissime blog de voyage Vizeo !

Peux tu te présenter pour les lecteurs de « Destination Reportage » ? 

Je m’appelle Alexandre, mais je dis souvent Alex en voyage car c’est bien plus simple à dire. Je suis revenue de mon tour du monde il y a 3 ans et après avoir bossé 5/6 ans dans le web, j’ai pris le temps de faire un tour du monde. Je travaillais dans une régie publicitaire en ligne, dans laquelle je vendais des espaces pub. J’ai un petit bac+3, une licence dans le tourisme. Autant dire que j’étais déjà un minimum attiré par le voyage sans être un grand voyageur.

Et puis tu es devenu un blogueur très influent ! Comment a tu monté le blog « Vizeo » ?

J’ai fais la maquette moi même. J’aime savoir tout faire, mais parfois je préfère demander au gens qui savent. Je suis un autodidacte, j’ai appris la vidéo et le montage sur le tard avant de partir. Puis, il y a un an, j’ai refondu mon blog après avoir suivi une formation en ligne.

Est ce que ce blog était alors un moyen de vivre de tes voyages ?

Absolument pas ! Je n’ai rien gagné les deux premières années. D’ailleurs, ce n’était pas du tout un objectif. Il était simplement question de partager ma passion, de donner au gens l’envie de voyager et leur montrer que c’est simple. C’était une façon de dire que le voyage en sac à dos n’est pas réservé aux gens sportifs, aventuriers ou cultivés, mais bien à la portée de tout le monde. Démystifier ce moyen de voyager en quelque sorte.

alex-vizeo-interview-770x472

Avec le recul, comment est ce que tu analyses cette prise de décision ?

Je remarque quelque chose d’assez étrange en France : les gens qui décident de tout plaquer pour partir voyager le font en général après avoir pété un plomb, et ils décident de le faire de façon un peu brutale… Alors que c’est quelque chose de très naturel dans certains pays anglo-saxons. Personnellement, j’aurai pu partir plus tôt, mais je voulais avoir toutes les chances de mon côté au cas où. Finalement je me suis réorienté, je travaille désormais en freelance : je bosse sur des projets web. L’avantage c’est que tu vas bosser dur pendant quelques mois puis profiter. Je suis parti deux fois six mois depuis que je suis rentré !

Quel est ton pays préféré ?

Je préfère la question « qu’est ce que j’ai aimé, pourquoi ? » Je ne suis pas adepte du « ranking », car je ne veux pas être « blasé ». Je n’ai pas de pays préféré et j’essai de ne pas en avoir. Je ne suis pas un collectionneur de pays, pour moi voyager c’est s’ouvrir d’autres portes, spirituelles ou quotidiennes. Je ne suis pas capitaliste dans l’âme et je n’aime pas la vision « consumériste » du voyage. Quand je voyage j’ai besoin d’avoir un objectif, monter tel volcan, faire de l’humanitaire dans tel ou tel pays, etc… Des envies qu’il faut assouvir.

Est ce que tu as des anecdotes de rencontres avec tes internautes ?

Alors que je voyageais aux philippines et que j’étais dans les rizières au nord dans le cadre d’un trek avec mes amis, je croise un groupe de touristes, et là, l’une d’entre elles se retourne et me dit « Eh toi j’te connais ! Tu fais des vidéos sur internet ! ». C’est super impressionnant la viralité d’internet. Une autre fois, toujours aux Philippines, dans un tout petit resto, j’étais avec un ami et une jeune française nous accoste à notre table, et me demande « tu n’aurais pas fait une vidéo best off de tes voyages sur internet ? C’est fou, on était justement en train de regarder la vidéo à l’instant, quand on t’a vu à la table ! »

Cela semble bien marcher pour toi sur le net !

Ce qui marche bien c’est surtout ma vidéo « mon tour du monde en 5 minutes » qui a atteint les 650 000 vues. On est bien loin des vidéos de Norman ou de chats volants à travers une fenêtre, mais dans l’univers du voyage en sac à dos, quasiment tout le monde l’a vu. Sinon, le blog reçoit entre 60 et 80 000 visiteurs par mois et j’ai la chance d’avoir une durée de visite moyenne assez élevée grâce à la vidéo. Par ailleurs, je suis l’un des seuls à narrer ses aventures avec la vidéo. Cela marche bien car il y a un côté affectif, tu vois la personne.

Lire la suite

La trilogie des voyages de Xavier

Tout bon voyageur a déjà vu « L’auberge espagnole ». Le génial film de Cédric Klapisch mettant en scène Romain Duris lors d’une année d’étude en Erasmus à Barcelone.

Depuis le premier opus, le réalisateur a fait évoluer le personnage de Xavier, totalement bordélique, toujours entre deux pays pour des aventures délirantes.

Dans « Les poupées russes » et dernièrement « Casse tête chinois », le parisien prend de l’âge mais garde sa jeunesse à travers ses voyages et sa vision de la vie.

Pourquoi cette « trilogie de voyage » est géniale : parce qu’elle est riche en enseignements et surtout, elle pousse à la réflexion.

Que faire de sa vie ? Faut il choisir de vivre de sa passion au détriment d’une sécurité financière et affective ? Comment faire face aux difficultés (amoureuses, financières, professionnelles, etc).

Au fil des « épisodes », le personnage de Xavier suscite la pitié, l’admiration, la jalousie, et puis à nouveau la pitié. Il prend des coups, se relève, fait preuve de talent, connait des coups de chance incroyables… et surtout, il voyage sans arrêt.

Une philosophie du voyage

Au delà de l’intrigue du jeune parisien qui fait sa vie au fil des rencontres amoureuses et de l’évolution de sa carrière d’écrivain, on découvre dans les films de Klapisch une certaine philosophie du voyage. Xavier est le voyageur que l’on aimerait être.

Capable de s’adapter dans n’importe quel pays, passant de l’anglais à l’espagnol avec une simplicité déconcertante, débrouillard et jamais démotivé. Ces films donnent envie de prendre un billet d’avion pour New York, partir en Erasmus en Espagne, trouver l’amour dans un pays complètement inconnu.

Bref, il montre que le voyage est avant tout une aventure qui nous fait ressentir énormément d’émotions. Dans l’univers de Klapisch, la vie est un voyage et le voyage est un mode de vie.

21049345_20131014160254604

Présentation des différents opus

L’auberge espagnole – 2002

affiche

Synopsis

Xavier, un jeune homme de vingt-cinq ans, part à Barcelone pour terminer ses études en économie et apprendre l’espagnol. Cette langue est nécessaire pour occuper un poste, que lui promet un ami de son père, au ministère des finances. Mais pour ce faire, il doit quitter sa petite amie Martine, avec qui il vit depuis quatre ans.
En Espagne, Xavier cherche un logement et trouve finalement un appartement dans le centre de Barcelone qu’il compte partager avec sept autres personnes. Chacun de ses co-locataires est originaire d’un pays différent.

Les Poupées russes – 2005

9788-les-poupees-russes-de-cedric-klapisch-637x0-1Synopsis

Xavier a 30 ans. Il a réalisé son rêve d’enfance, il est devenu écrivain, mais il semble quand même un peu perdu. Il a quelques problèmes avec sa banquière. Il a également des réticences à se fixer avec une fille et enchaîne les aventures amoureuses avec inconséquence. Xavier est contraint de continuer son travail à Londres, puis à Saint-Pétersbourg. Ces nouveaux voyages lui permettront peut-être de réconcilier le travail, l’amour et l’écriture.

Casse-tête chinois – 2013

21018207_2013102210303588Synopsis

Xavier a maintenant 40 ans. On le retrouve avec Wendy, Isabelle et Martine quinze ans après L’Auberge Espagnole et dix ans après Les Poupées russes. La vie de Xavier ne s’est pas forcément rangée et tout semble même devenir de plus en plus compliqué. Désormais père de deux enfants, son virus du voyage l’entraîne cette fois à New York, au beau milieu de Chinatown. Dans un joyeux bordel, Xavier u cherche sa place en tant que fils, en tant que père… en tant qu’homme en fait ! Séparation. Famille recomposée. Homoparentalité. Immigration. Travail clandestin. Mondialisation. La vie de Xavier tient résolument du casse-tête chinois ! Cette vie à l’instar de New York et de l’époque actuelle, à défaut d’être cohérente et calme vient en tout cas nourrir sa plume d’écrivain…

Sources des synopsis : Allociné

                     

Pour aller plus loin :

=> Ma sélection de films sur la photographie et le voyage

Lire la suite

Turquie : Istanbul entre deux émeutes

Istanbul - Destination Reportage

Retour en image sur l’une des étapes de mon tour d’Europe. Cette fois il s’agit de la capitale historique et culturelle turque : Istanbul.

Cette fois, il n’est pas question pour moi de faire un album de vacance, mais de découvrir de mes propres yeux la vie des turques dans cette incroyable métropole, tandis que des émeutes font rage depuis plusieurs semaines. En effet, la mobilisation d’une poignée de militants écologistes opposés à la destruction du parc Gezi, en lisière de la place Taksim, s’est transformée en de véritables émeutes face à des forces de l’ordre impitoyables tout au long de l’été dernier. Pendant plusieurs semaines, plus de 3,5 millions de Turcs ont défilé dans une centaine de villes et l’addition de ces manifestations sanglantes est lourde : au moins 8 morts et plus de 8000 blessés.

Deux jours ont passé depuis la dernière grosse émeute lors de mon arrivée à Istanbul en été 2013. J’apprendrais quelques jours plus tard que, trois jours après mon départ, une nouvelle émeute aura éclaté et qu’un manifestant sera mortellement blessé…

Le contexte est donc lourd à l’occasion de cette nouvelle visite d’Istanbul. Quelques années auparavant, j’ai eu la chance de découvrir l’ancienne Constantinople et y visiter tous les incroyables monuments de la vieille ville. C’est donc le long du Bosphore cette fois que je me suis baladé avec mon boitier à l’épaule… juste avant d’arrivée sur cette fameuse place Taksim, abimée par les récents événements (plusieurs pavés ont été arrachés du sol pour servir de projectiles contre les forces de l’orde) et littéralement cernée par les autorités…

_DSC4191

_DSC4219

_DSC4222

_DSC4226

_DSC4238

_DSC4243

_DSC4251

_DSC4263

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Istanbul - Destination Reportage

Lire la suite

Croatie : le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

_DSC3177

« La liberté ne se vend pas même pour tout l’or du monde », telle est la devise de la petite ville médiévale croate. Ses imposants remparts ont longtemps protégé les habitants des attaques ennemis, tandis qu’ils sont aujourd’hui envahis par des hordes de touristes, qui payent au passage pour avoir le luxe de se promener sur l’édifice. Au cours de la guerre d’indépendance de la Croatie, Dubrovnik a du essuyé de nombreux bombardements. Les deux tiers des bâtiments ont été touchés par des obus et les toitures ont été progressivement changées… avec des tuiles toulousaines !

Suivez le guide…

_DSC3209

_DSC3221

_DSC3244

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Le soleil se couche sur Dubrovnik

Lire la suite

Mon top 5 des plus belles villes d’Europe

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Tandis que le Lonely Planet dévoile ses 10 meilleurs destinations, je me suis dis que ce ne serait pas une mauvaise idée de faire un petit top 5 des miennes.

Au cours de ma traversée de l’Europe en train l’été dernier, j’ai eu la chance de découvrir des villes incroyables. Incroyables par leur beauté, par leurs richesses en monuments et autres éléments architecturaux, mais aussi incroyables par l’ambiance et le charme qu’on y trouve.

Contrairement au Lonely Planet, je n’y ai pas inclus ma chère Ville rose de Toulouse, même si elle y a naturellement sa place (et même en pole position), afin de parler de destinations plus lointaines géographiquement.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Ljubljana

Perdue au coeur des Balkans, la petite capitale slovène de 280 000 habitants pourrait être résumée par un seul mot : le charme.

A peine deux fois plus grande en superficie que Toulouse, la ville se visite facilement en vélo. Il vous suffira de vous affranchir de 2 euros à l’office du tourisme pour obtenir un vélo pendant 3 heures et ainsi pouvoir vous balader dans les petites rues très pittoresques de l’ancienne cité yougoslave.

Non loin des reliefs alpins enneigés éternellement, la ville est le point de départ de nombreuses excursions touristiques en pleine nature. Cependant, le centre ville est déjà en soi une très agréable destination. Comme à Amsterdam, la ville est traversée par des canaux fluviaux, sur lesquels il est possible de faire un tour en bâteau.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

Un marché quotidien (du lundi au samedi) est à découvrir sur la place principale de la capitale. On peut y acheter des fruits et légumes mais aussi y goûter des spécialités régionales pour pas cher ! C’est vivant, très coloré et très agréable.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Rome

Qui ne connait pas Rome ? Pouvoir visiter la capitale italienne est peut être l’un des seuls intérêts de faire du latin à l’école. A même pas deux heures d’avion de Toulouse, il est possible de faire une visite dans le passé et découvrir une ville incroyable, incroyablement riche historiquement et culturellement.

Cependant, ne vous laissez pas effrayer par sa grande superficie (plus de 1200 km2, soit 12 fois Paris), car on en fait facilement et plus rapidement qu’on croit, le tour. Un week-end peut être largement suffisant pour visiter la ville, même si l’ambiance et le charme de Rome vous donnera envie de rester plus longtemps !

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

La fontaine de Trévi, bien qu’étant sans cesse assaillie par les touristes (et ce à n’importe quelle heure de la journée !) reste une merveille architecturale et un passage obligé dans la ville. Jetez y une pièce en pensant au million d’euros collecté de cette façon tous les ans (soit 2000 euros par jour !).

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Cracovie

Capitale culturelle de la Pologne, Krakow est aussi la deuxième ville du pays. Située dans le sud, non loin de la frontière avec la Slovaquie, elle est le point de départ de plusieurs excursions dans l’arrière pays, notamment vers l’ancien camp de la mort d’Auschwitz.

Depuis la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc communiste, la ville s’est ouverte et près de 200 000 touristes visitent ce haut lieu culturel chaque année.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

Passer une soirée sur la grande place Rynek Główny près de la Basilique Sainte-Marie est un véritable plaisir, surtout si on est en couple. Le charme et le romantisme de cette place est presque inoubliable.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Pristina

Etrange de voir figurer cette ville dans ce classement non ? Il faut dire que le Kosovo n’est pas une destination touristique extrêmement courue. Et pourtant ! La ville, encore en guerre il n’y a pas si longtemps, est en pleine reconstruction et compte bien s’ouvrir au tourisme international. Les hôtels 4 et 5 étoiles fleurissent au milieu des quartiers défavorisés.

Le coût de la vie y est très peu cher pour un touriste d’Europe de l’Ouest et la richesse culturelle du pays bien mise en valeur, à l’image de l’impressionnante bibliothèque nationale du Kosovo.

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Coup de coeur

La gentillesse des gens est assez frappante. Ce pays qui a connu des horreurs sans nom il y a encore une poignée d’années, ne semble pas être très rancunier envers les pays de l’OTAN qui ont allègrement bombardé la ville à la fin des années 1990 pour mettre fin au conflit entre serbes et albanais.

Une statue de Bill Clinton trône fièrement en plein centre ville, peut être l’un des rares pays du monde à aimer à ce point les Etats-Unis…

Top 5 des plus belles villes d'Europe / Destination Reportage

Dubrovnik

La perle de l’Adriatique porte bien son nom ! Dubrovnik est une ville incroyable même si elle est chaque été littéralement envahie par les touristes, souvent français d’ailleurs. Très faiblement peuplée (environ 30 000 habitants), elle est l’une des destinations croates incontournables.

Située au sud du pays, à la frontière entre la Bosnie et le Monténégro, elle n’est pas simple d’accès depuis la terre. Privée de gare, sinon une gare routière, cette petite enclave ultra touristique, est surtout une escale de croisière très prisée.

« La liberté ne se vend pas même pour tout l’or du monde », telle est la devise de la petite ville médiévale croate. Ses imposants remparts ont longtemps protégé les habitants des attaques ennemis.

_DSC3318

Coup de coeur

Même s’il faut payer (environ 10 euros) pour avoir le luxe de se promener sur l’édifice, la promenade sur les remparts vaut complètement le détour, ne serait ce que pour admirer les célèbres toitures de la vieille ville au coucher de soleil

Au cours de la guerre d’indépendance de la Croatie, Dubrovnik a du essuyé de nombreux bombardements. Les deux tiers des bâtiments ont été touchés par des obus et les toitures ont été progressivement changées… avec des tuiles toulousaines !

Lire la suite

[Film] La vie rêvée de Walter Mitty

1388871443_La-Vie-Rêvée-de-Walter-Mitty-Affiche-8

La Vie rêvée de Walter Mitty – Ben Stiller – 2014

[Garanti sans spoiler !]

Synopsis

« Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l’action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu’il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais.  » (Allociné)

Mon avis

Entre le film d’aventure et la comédie, « La vie rêvée de Walter Mitty » rappelle tantôt « Into the wild » avec ses superbes plans de paysages et une musique sublime à certains moments, et tantôt la banale comédie amoureuse à l’américaine vue et revue. Cependant, le rythme, assez effréné de l’histoire qui nous fait faire un véritable tour du monde et nous tient en haleine jusqu’à la fin, apporte un énorme plus à ce film réalisé par Ben Stiller. On rentre très vite dans l’histoire et on s’identifie assez facilement au personnage. Ses rêves d’aventures et d’histoires incroyables entravés par un patron tyrannique nous font réagir et réfléchir. C’est définitivement un film que je vous encourage vivement à voir (et même à revoir) !

   

Pour aller plus loin :

=> Ma sélection de films sur la photographie et le voyage

Lire la suite

InterRail, avantages et inconvénients

InterRail, c’est quoi ?

Il s’agit d’une boutique en ligne qui commercialise des tickets de train valables dans un ou plusieurs pays et qui permet au voyageur de prendre le train de façon illimitée pendant un certain laps de temps. Créée dans les années 1970, cette société travaille avec 32 compagnies ferroviaires européennes. Son siège est basé au Pays-Bas et elle possède des bureaux en Irlande et aux Etats-Unis. Concrètement, il est possible de voyager de façon illimitée en train dans 30 pays pendant un mois avec un seul « ticket ». J’ai testé et je vous en parle dans ce blog.

Comment ça marche ?

Tout d’abord, il faut acheter un pass en ligne sur le site d’InterRail ou sur celui d’Eurail, la version pour les résidents non européens. Plusieurs offres sont disponibles, voici ce que vous pouvez choisir.

Interrail choix du pass

Première ou seconde classe ?

Vous l’avez remarqué, il est possible de prendre un pass première classe. Cependant, il n’y a pas de tarifs réduits pour les moins de 25 ans et autant dire que ça devient alors très très cher… 1050 euros contre 442 euros pour un mois continu de voyage. D’autant plus qu’il faut savoir que sur certaines lignes, la première classe n’existe tout simplement pas ! Ayant testé la première classe une bonne partie de mon voyage, je suis en mesure de vous faire un retour. Le gros avantage d’être surclassé est le fait qu’il y a souvent bien plus de place dans les cabines. Lorsque l’on voyage avec son gros sac à dos pour un mois de voyage et que l’on peut poser ses pieds sur le siège d’en face pour les longues heures de trajets, c’est un sacré plus. Cependant, il est amusant de comparer les wagons et le confort de ces derniers selon le pays que l’on traverse. Inutile de vous dire que la première classe serbe ou bosniaque n’en a que le nom… Et encore, s’il y en a une !

Voyage à la carte

Comment ça marche concrètement ? Le principe est encore plus simple que ce que l’on pense. Vous entrez dans un train, vous attendez que l’on vous contrôle et vous montrez votre joli billet. Sauf exceptions (que vous découvrirez bien souvent au moment venu), il n’y a pas de réservations à faire (sauf pour les couchettes et les trains « express »). Attention cependant. Aussi bizarre que cela paraisse, la seule contrainte et d’inscrire sur votre billet le trajet que vous êtes en train de prendre (n° du train, gare de départ, gare d’arrivée, horaires). C’est tout. Si cela n’est pas écrit au moment du contrôle, vous aurez le droit à une remontrance du cheminot, souvent dans un anglais approximatif. Souriez, remplissez et rendormez vous.

C’est bien le plus grand intérêt de ce pass InterRail, à savoir que vous devenez un véritable baroudeur. Inutile de se prendre la tête à réserver des jours avant un billet de train, vous choisissez votre destination une fois sur le quai.

_DSC3651

Les mauvaises surprises

Mais tout n’est pas non plus rose et InterRail n’est pas le monde des Bisounours. Derrière la com et le markéting, voyager en InterRail peut engendrer des dépenses imprévues. Sous des prétextes franchement douteux, certains contrôleurs vous indiquent, plus ou moins gentiment (aahh la prévenance polonaise…), que vous devez payer des frais de réservations supplémentaires.

Cela vous amènera de temps en temps à mettre la main au porte monnaie et parfois même à sortir une somme correspondant presque à un ticket de train normal ! Cela m’est arrivé par exemple en Grèce, en République Tchèque, en Allemagne et en Hongrie.

Autre conseil important à savoir avant de partir, oubliez le long et pénible passage aux points d’informations si vous avez des questions concernant votre pass. J’ai fais l’erreur d’endurer des heures de files d’attentes interminables pour parlementer avec des employés qui ne connaissaient rien au système InterRail et qui me considéraient comme un voyageur lambda.

Ne vous posez pas trop de questions, renseignez vous un maximum sur internet avant de partir et auprès du service InterRail et ne cherchez pas d’informations aux comptoirs. Vous perdrez un temps précieux. C’est déjà difficile d’avoir un interlocuteur anglophone dans beaucoup de pays européens, alors avoir une réponse spécifique sur votre pass…

Pas si rentable que ça

Sans parler des prix des compagnies aériennes low cost, voyager est de moins en moins cher. Après en avoir discuter avec des voyageurs lors de mon tour d’Europe et après avoir regardé les prix sur les sites de réservations, voyager en train n’est pas si cher que cela, surtout en Europe de l’Est et du Sud.

On peut franchement se demander pourquoi prendre un pass InterRail par moment.

L’argument financier n’est pas le plus valable. Donc avant de passer commande, jetez un coup d’oeil sur les prix, en fonction des pays que vous voulez visiter. Néanmoins, la question des fluctuation des prix n’intervient pas lorsque l’on est armé d’un pass.

Je ne regrette pas cette expérience avec la société InterRail. Le système est quand même très sympa. Pas besoin de se prendre la tête avec 50 tickets de train, vous gardez le même tout au long du mois. Et puis ce petit bout de papier permet indirectement de faire des rencontres souvent intéressantes. En effet, les voyageurs utilisant ce pass sont très nombreux et ces derniers vous repèrent lors des contrôles, ce qui permet d’engager la conversation et de se faire des compagnons de voyages.

Embarquez pour l’aventure en cliquant sur les différentes étapes de mon voyage

—-

Mots clefs : InterRail, Train, Voyage, Europe, Reportage photo

Lire la suite
1 2