Guide du reporter-voyageur - Destination Reportage

Rubrique :Guide du reporter-voyageur

Un très bon conseil pour faire de meilleures photos

Apprendre la photo n’est pas évident. Cela demande du temps et un investissement financier important (et oui, ça coûte cher la photo !). Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous un conseil qui m’a énormément aidé dans mon parcours de photographe autodidacte et qui a fait que j’ai très rapidement progressé en photo.

Ce conseil, c’est « entraîner son oeil ».

Alors vous allez me dire « oui c’est bien joli, mais qu’est ce que ça veut dire, et comment on fait ? »

Concrètement, voici quelques activités incontournables pour devenir un meilleur photographe.

Aller voir des expositions photos

C’est le conseil Numéro 1 pour apprendre à faire de meilleures images. Pourquoi ? Parce qu’en regardant le travail des autres (et en plus des meilleurs), vous aller vous imprégner d’idées et trouver l’inspiration. Je ne dis pas qu’il faut « pomper » le style des autres photographes, mais en nourrissant votre oeil de beaucoup d’images, vous allez trouver votre propre style.

Capture d’écran 2014-08-04 à 15.15.13

Voir des expositions photos n’est vraiment pas difficile. Il suffit de sortir un peu et vous renseigner sur internet. Même dans les plus petits villages de France, il y a fréquemment des expositions organisées dans les locaux municipaux ou dans certains magasins. La plus part du temps c’est même gratuit ! Alors pourquoi vous en priver ?

Lire l’article : « Pourquoi il faut aller à Visa pour l’image »

Lire Polka et le National Geographic

Pour ceux qui ne veulent pas sortir de chez eux pour en prendre plein les yeux, il reste la solution « magazine ». Crise de la presse ou non, la photographie de presse se porte toujours bien et certains magazines diffusent chaque mois de superbes reportages dans leurs pages. C’est le cas en France de Polka ou encore le célèbre National Géographic.

NG_logo_2line_rgb_wht_on_bk

Par ailleurs, ces magazines donnent aussi des informations sur les expositions en cours et à venir. Vous y apprendrez également des faits historiques et vous aurez aussi l’occasion de vous évader à travers des récits de voyage, alors tous à vos kiosques (numériques ou physiques!)

Surfer sur le net

Vous ne voulez pas sortir de chez vous et vous ne voulez pas acheter de magazine ? Vous êtes difficiles à convaincre ! Heureusement, vous ne trouverez pas de parade à ce dernier argument (sauf bien sûr si la photo ne vous intéresse pas). Internet est une galerie d’image sans frontières et presque sans limite. Vous y trouverai les sites web des magazines dont je vous parle, mais aussi les portfolios en ligne de photographes (par exemple le miens [auto-promo]) et vous pourrez également trouver pleins de tutoriels et autres blogs sur l’apprentissage de la photographie (comme par exemple celui de Laurent : apprendre-la-photo.fr)

Capture d’écran 2014-08-04 à 15.17.15

Prendre des photos

Un dernier conseil qui semble évident… et pourtant ! Aujourd’hui, tout le monde peut prendre des photos à n’importe quel moment de sa journée, avec son smartphone. Plus fort encore, il est possible de retoucher et diffuser sa photo sur les réseaux sociaux en quelques secondes ! Considérez ça comme un entraînement et essayer de capter des moments drôles, beaux, touchants, scandaleux, amusants, etc… et essayez de nouvelles choses (cadrage, composition, etc).

Bref, entraîner son regard est un travail de longue haleine, qui se fait au quotidien et presque de façon inconsciente.

Dites moi ce que vous pensez de ce conseil dans les commentaires !

Lire la suite

Les 4 critères pour choisir son appareil photo en voyage

L’appareil photo est un outil. Au delà du markéting harassant de Canon, Nikon et les autres, il ne faut pas oublier ce fait. Lorsque l’on est professionnel, on le comprend plutôt bien. Partant de là, il suffit de réfléchir au type de photographies que vous souhaitez faire et surtout, ce que vous voulez en faire. Une fois que vous aurez répondu à ces deux questions, il vous faudra vous intéresser aux caractéristiques des différents modèles d’appareil. Parmi elles, les plus importantes pour le voyage, sont, selon moi, les suivantes.

Mais avant de vous en dire plus, il faut que je vous annonce la sortie d’un nouvel atelier très complet sur la question du choix du matériel. Par ailleurs, il y a une chouette promotion toujours en cours, lors de laquelle je vous offre cette formation pour l’achat de l’autre atelier pour débutant « Passer en Mode Manuel ».

Cliquez ici pour profiter de la promotion « 2 ateliers au prix d’un »

La taille (et le poids)

Parfois même il n’y a pas vraiment le choix. Si vous partez comme je l’ai fais, 2 mois pour parcourir 9000 km avec un sac à dos de 40L, votre matériel photo n’a pas intérêt à être très volumineux. Surtout s’il y a des passages « montagneux » ou à risque dans votre périple. Par ailleurs, c’est bête, mais la taille (et l’allure) compte bien plus que ce que l’on croit, et pas forcément pour les bonnes raisons. Dans certaines situations, il est préférable d’avoir un boitier plutôt discret. Déjà pour ne pas se faire remarquer (ou même voler) et pour pouvoir également approcher et photographier des locaux (vous aurez plus facilement le consentement de la personne si elle comprends que vous n’êtes pas « professionnel », ce qui est justement complètement idiot car cela ne veut rien dire). De la même façon, avoir un look de « pro » peut vous apporter des avantages à condition de bien s’y prendre.

Ma sélection :

     

Il m’arrive encore d’utiliser ce petit compact (P340) lorsque je pars en voyage ou même en reportage pour la presse. Il est très petit, se cache au besoin (et oui ça arrive de devoir planquer son boitier !) et surtout il est super pratique : léger, efficace, il filme en fullHD et la sensibilité du capteur est assez sympa. Cependant, le meilleur choix pour moi reste « l’entrée de gamme professionnelle » (encore du markéting) de Nikon, à savoir le D610 (qui remplace le D600). C’est surtout le capteur qui change tout. Il est « full frame », c’est à dire avec plus grand. Cela vous permet concrètement d’avoir des images bien plus intéressantes et d’utiliser des optiques bien meilleures. Ce dernier point est assez technique, j’y reviendrai prochainement dans un nouvel article. En attendant, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter pour plus d’informations.

Le mode manuel

Oubliez le mode automatique. Vous vous embarquez aussi bien dans une aventure humaine que photographique. C’est l’occasion rêvée pour apprendre à faire des photos, seul comme un grand, et pas avec des paramètres calculés par l’appareil. Pas besoin d’avoir forcément un reflex professionnel pour cela. Certains compact dits « professionnels », même si cela reste encore un argument markéting, ont un mode manuel (M), ouverture (A) et vitesse (S).

Pourquoi faut il bannir le mode automatique ? En contrôlant vous même la vitesse et l’ouverture de votre monstre, vous aurez la possibilité de faire des images différentes que ce que vous propose l’appareil de lui-même. Vous pouvez ainsi décider de « flouter » l’arrière plan (c’est à dire limiter la profondeur de champ) et bien d’autres effets encore !

3097913771

La question des optiques

Là pour le coup, cela concerne les reflex ou à la rigueur, les hybrides. La qualité d’une photographie provient plus de l’optique que du boitier. Il faut le savoir. Un compact et un bridge ne vous laisseront pas le choix. Vous aurez une seule optique avec un zoom que je vous déconseille d’utiliser car sans intérêt si vous cherchez la qualité de l’image. Pour ma part, j’adore les optiques fixes. Je travaille essentiellement au 20mm 2.8 et au 50mm 1.4. C’est surement du chinois pour certains d’entre vous. Je m’explique. Une focale fixe permet d’avoir un seul cadre, à la différence du « zoom » qui permet de se projeter sur le sujet lointain sans bouger, comme avec des jumelles. Alors quel intérêt de devoir s’avancer pour se rapprocher du sujet alors qu’il suffirait de tourner la bague de l’objectif me direz vous ? Déjà, justement pour bouger ! Robert Capa n’a t il pas dit « si ta photo est mauvaise, c’est que tu n’étais pas assez près » ? Bon, ce n’est pas le même contexte. Mais avoir cette « contrainte » du déplacement permet de plus réfléchir au cadre et d’être plus créatif. Cependant, préférer une focale fixe est surtout liée à la qualité de ces dernières. Ces optiques ont un piqué souvent bien supérieur, c’est à dire une capacité à rendre plus nettes et précises les images. Les inconvénients sont quand même nombreux : plusieurs optiques donc plus de poids, plus de places, la contrainte de changer, parfois en urgence, et risquer de les faire tomber, les abimer. Bref, c’est un choix !

Ma sélection :

               

Le prix peut déstabiliser, mais croyez moi, ce sont d’incroyables optiques, que j’utilise au quotidien, et qui seront vos plus fidèles alliés pour vos voyages ! Je vous conseille d’acheter ce genre de produit d’occasion, car c’est moins cher et pas forcément à risque (à condition d’acheter aux bons endroits, par exemple chez Numériphot à Toulouse). Pour ceux qui ne veulent acheter que du neuf, Amazon est définitivement la meilleure solution : bien moins cher que les autres revendeurs et super efficaces pour la livraison sans coût supplémentaire…

La sensibilité ISO

C’est à dire la capacité de l’appareil à être performant y compris dans les conditions de basses lumières. Et oui, parce que vous allez souvent être en situation de faire des images la nuit tombée, si ce n’est pas pour le traditionnel coucher de soleil en bord de mer… Lorsque la lumière se fait rare, photographier devient de plus en plus dur. En même temps, c’est logique, car photographie signifie littéralement « écrire avec la lumière ». Mais les marques ont trouvé un moyen pour vous d’écrire sans lumière (ou presque). Sous le terme barbare d’ISO, se cache un principe très simple. Le capteur de votre appareil va avoir une certaine sensibilité à la lumière, que l’on nomme ISO. Vous voulez briller en société et dégommer un ami photographe pro, dites lui que cela signifie « International Standard Organisation » (et paaaf !). Pour faire court, plus votre boitier peut « monter » dans les ISO, et moins il y a de « bruit numérique » dans vos images, c’est à dire une sorte de grains un peu dégueulasse sur vos images (je vous passe les longues explications de ce phénomène). Concrètement, plus vous avez cette marge de manœuvre, et plus il vous sera facile de réaliser des photos dans un environnement sombre, sans flash.

En conclusion

Tous ces conseils ne sont bien entendu que des conseils. Je partage avec vous mon humble expérience de photographe professionnel afin de vous permettre, je l’espère, de vous améliorer. J’espère que ces derniers vous aideront à trouver l’appareil photo qui vous correspond et qui correspond surtout à vos besoins !

Pour la suite, je vous invite à découvrir mon atelier en vidéo complet sur la thématique et n’hésitez pas à m’envoyer vos questions par mail ou en-dessous de cet article, dans les commentaires !

apprendre la photo

(Dans cet article, j’ai volontairement intégré des liens vers « Amazon » pour les articles dont je parle. Passer par ces liens pour vous procurer ces produits, ne changent en rien leur coût, mais me permet de continuer à écrire de nouveaux articles sur ce blog. De plus, je ne vous proposerai jamais de cliquer sur un lien sur lequel je ne cliquerais pas moi-même ! J’ai fais le choix de vous indiquer les prix les plus bas pour acquérir ces produits) 

Lire la suite