Devenir Photographe Professionnel : comment se lancer ? - Destination Reportage

Photographe Professionnel : comment se lancer ?

devenir photographe professionnel

Après avoir formé des centaines de photographes, à travers des cours en ligne et en présentiel via des workshop à Paris ou dans des cursus universitaires, je remarque qu’il y a des questions et des problématiques récurrentes qu’il est important d’aborder une bonne fois pour toute.

Cet article est donc très important car il va être question de partager très concrètement toutes les étapes à suivre pour devenir photographe professionnel.

Il s’agit d’une sorte de mode d’emploi pour se lancer correctement dans ce passionnant mais non moins exigeant métier.

Attention cependant : La photographie, et le métier de photographe plus particulièrement, ne sont pas faits pour tout le monde.

Tout le monde peut devenir photographe professionnel s’il le souhaite. Il n’y a pas besoin de suivre tel ou tel parcours scolaire, ni décrocher de diplômes particuliers, ni même posséder tel ou tel matériel.

Il faut tout simplement s’identifier auprès des impôts et vendre des photos à qui veut les acheter.

L’arrivée du numérique et des réseaux sociaux comme Instagram ont démocratisé cette activité et énormément de photographes se sont lancés dans l’aventure.

Mais monter une entreprise c’est une chose.

Rentrer suffisamment de chiffre d’affaires années après années, c’en est une autre…


Etape 1 : Savoir faire des photos

 

Première étape, plutôt évidente : se former à la technique photo.

Pour vivre de la photo, il faut savoir faire des photos.

Cette partie est au final assez simple.

Les appareils photos numériques sont plutôt faciles à prendre en main et surtout, il existe une quantité astronomique de ressources en ligne pour apprendre la photo. Des blogs, des chaînes YouTube, des formations, des écoles, etc…

Il n’y a pas de solution magique : il faut apprendre à se servir du mode manuel, comprendre le fonctionnement de l’appareil et des optiques, si  possible même des lumières artificielles comme le flash.

Puis il faut ensuite connaître les principales règles de cadrage et de composition pour produire quelque chose de correct.

Et enfin, maîtriser le post-traitement, pour développer ses images sur l’ordinateur et renseigner correctement les métadonnées d’images quand on travaille pour un client (que ce soit presse ou corporate). 

Sans parler de trouver son style, bien gérer les conditions de lumières difficiles, avoir assez de culture photographique pour apporter de la complexité et du dynamisme dans ses cadrages…

Bref, ce n’est pas pour rien qu’il existe des écoles et des BTS de photo. La technique demande un vrai apprentissage.

Autre chose importante, particulièrement pour les photographes de presse. Quand on est photojournaliste, on ne peut pas se contenter d’être « moyen » ou « correct ».

Le marché de la presse étant plutôt sinistré (pour d’autres raisons que le nombre de photographes, mais je ne reviendrai pas dessus car j’en parle déjà dans cet épisode du podcast), et les besoins en terme iconographiques étant particulièrement exigeants, il faut tout le temps être BON voire même très bon.

Petit conseil : soyez vraiment IMPITOYABLES lors de votre éditing et quand il est question de montrer des images. Ne présentez que le meilleur. 



Etape 2 : Ne pas poser sa démission tout de suite…

Une fois que vous maîtriser la technique, l’appareil photo et le logiciel de post-traitement, il ne faut pas bruler les étapes et se considérer tout de suite comme un expert.

La photographie, surtout quand on est professionnel, est un apprentissage de tous les jours.

C’est essentiel de comprendre ça.

Vraiment.

On apprend tous les jours (comme dans la vie en général) et il faut faire attention à ne pas se lancer sans filet de sécurité dans cette aventure qui peut être périlleuse.

N’oubliez pas que le but du jeu n’est pas uniquement de se faire plaisir, de voyager et dire aux autres qu’on vit de sa passion.

Non.

L’objectif c’est de durer sur le long terme.

De rester photographe pro, de ne pas avoir à manger des pâtes tous les jours et de pouvoir vivre décemment voir très bien de cette activité économique.

Et accessoirement, de faire vivre sa famille par la même occasion…

Donc si aujourd’hui vous êtes salarié d’une entreprise, ne posez pas votre démission sans réfléchir, là tout de suite.

Profitez d’avoir un revenu fixe et stable le temps de passer les 3 ou 4 prochaines étapes de cet article.

Au pire, négociez une rupture conventionnelle pour avoir de quoi tenir quelque temps (et oui, on critique beaucoup la France, mais le chômage c’est quand même cool…) 

D’autant que vivre de la photo, ça ne se fait pas en 2 jours. Il va falloir être patient et avoir de sacrés ressources mentales et également pécuniaires pour avancer plus vite.

Le photojournalisme par exemple, est un sport de riche.

Cela demande un équipement onéreux et des frais parfois astronomiques en fonction des sujets de reportages, tout en apportant un retour sur investissement qui est rarement à la hauteur (du moins dans l’immédiat).

Devenir photographe professionnel est un marathon, une course de fond, pas un sprint. 


Etape 3 : Choisir son terrain de jeu

C’est LA chose numéro 1 à faire avant de se lancer professionnellement dans la photographie, une fois que l’on maîtrise la technique.

Et pourtant, cette étape est bâclée par la plupart des photographes qui se lancent.

Qu’est ce que vous voulez faire exactement ?

Car la photographie est un univers extrêmement vaste !

Photographie de mariage, de mode, de presse, de portrait, de bébé, d’entreprises, institutionnelle, d’architecture, etc…

Les besoins en images sont tellement énormes qu’il y a des dizaines de marchés et de niches à disposition des photographes.

Et le truc, c’est qu’il ne faut surtout pas partir dans tous les sens, vouloir tout faire, et au final, rien faire.

Car aucun client ne fera appel à un couteau suisse débutant, au même titre que vous n’irez jamais manger dans un restaurant qui propose des sushis, des pizzas, des burgers et du couscous dans la même carte des menus…

Choisissez une, voire deux spécialités, dans un premiers temps et maîtrisez votre terrain de jeu avant de vous lancer dans quelque chose de nouveau et de différent.

Pourquoi c’est important de choisir, au delà de bien faire les choses ?

Tout simplement pour être en mesure de cibler les bonnes personnes avec une offre cohérente.

Quand on est au collège, avant même de passer le brevet, on apprend la théorie de l’offre et de la demande. 

Okay, l’économie c’est pas forcément la matière la plus intéressante du monde, mais c’est la chose la plus importante à comprendre si vous lancez une entreprise.

Si vous ne construisez pas une offre photographique pertinente, correspondant à une demande existante et suffisante, votre projet professionnel est mort-né. 

Point final.

Donc si par exemple votre projet est de faire de la photo de mariage, il faut commencer par déterminer quels types de couples vous allez cibler puis démarcher.

Où habitent ils précisément ? Quel âge ont-ils ? Quels sont leurs caractéristiques principales (revenus, professions, centres d’intérêts, etc) ?

Même chose pour la photographie d’entreprises (le « corporate »). 

Ciblez vous les petites PME ou les grosses sociétés ? Qui est votre interlocuteur privilégié pour cette cible ? Le directeur marketing ? Un responsable des achats ? etc… 

Le simple fait de mener très sérieusement cette réflexion en amont va vous faciliter la vie, croyez moi !


Etape 4 : Choisir son statut


Une fois ce travail (plutôt long) effectué, on rentre dans le dur (et le chiant) avec le choix du ou des statuts juridiques et administratifs.

Allez vous devenir auteur, artisan ou photojournaliste ?  Peut être les trois ?

Quelles sont les obligations, les droits et les devoirs de chacun de ces statuts ?

Pour cette partie, je vais être assez succinct car la législation évolue presque tous les mois (en matière de TVA, de charges sociales, d’aides, etc…) et parce que plusieurs photographes experts de ces thématiques en parlent mieux que moi.

Je vous recommande notamment deux personnes :
Joëlle Verbrugge, avocate et Eric Delamarre, spécialiste en gestion. 

Ces deux (très sympathiques photographes) sont auteurs de nombreux livres traitant de tous ces aspects, qu’il vous FAUT avoir dans votre bibliothèque. 

C’est véritablement une obligation. 

Car si vous n’êtes pas capables d’investir quelques dizaines d’euros dans des livres vous expliquant comment bien faire les choses par rapport à la loi et aux impôts, vous pouvez arrêter tout de suite ce projet de devenir photographe pro…

Quelques ressources gratuites en complément : 

Un podcast avec Eric

Un autre avec Joëlle

Et même une vidéo répondant à de nombreuses questions régulièrement posées par les débutants


Etape 5 : Devenir un expert de sa thématique

Une fois lancé, votre formation continue (autre que la technique photo) doit concerner votre environnement et votre marché.

Par exemple, pour vivre durablement de la photographie de presse, il faut connaître les magazines, les iconographes qui y travaillent, le fonctionnement d’une conférence de rédaction, et bien d’autres choses encore.

Il faut devenir un véritable expert de sa thématique, en connaître les acteurs importants, comment ça marche et ce qui fonctionne le mieux.

En gros, connaître les règles du jeu (sachant qu’elles évoluent souvent avec le temps).

Bien entendu, l’étude de marché intervient dans les étapes précédentes, quand on identifie avec précision son client idéal et son offre, mais il ne faut jamais s’arrêter de la consolider.

D’où ce rappel important ici.


Etape 6 : S’intéresser au Personal Branding 


Le Personal Branding n’est pas juste un mot marketing à la mode.

C’est un élément central de n’importe quel business, peu importe sa taille et son marché.

Coca Cola ne serait pas Coca Cola sans un branding rigoureusement construit et consolidé. Idem pour Apple, ou encore certains grands chefs cuisiniers ou des artistes que l’on connait tous car ils capitalisent sur ce Personal Branding.

Qui êtes vous ?

Comment êtes vous perçus par les autres ? Par vos clients, vos partenaires, vos concurrents, votre marché plus largement ?

Parfois, les deux réponses à ces questions seront en léger ou en complet décalage. Mais cela doit être assumé et travaillé.

Dans le cas de mon exemple personnel, je suis photoreporter, spécialisé dans le grand reportage pour la presse magazine et par ailleurs formateur en marketing pour les photographes qui veulent aller plus vite et plus loin.

Certaines personnes ne verront en moi qu’un photographe « qui bosse pour l’armée » et « qui ne parle que de business et de marketing agressif ». 

Mais ce n’est pas grave.

Déjà car il est impossible de plaire à tout le monde, de ne pas avoir de « haters » et de jaloux dans son audience, et surtout parce que cela permet de voir son message être diffusé plus largement auprès des personnes intéressantes et intelligentes qui trouveront un intérêt à travailler avec moi.

Du moment que vous êtes conscient de qui vous êtes et du bien fondé de votre mission tout comme la valeur que vous apportez à vos clients, ce décalage n’est pas embêtant.

Mais vous devez vraiment être pro-actif dans cette démarche. Ne laissez pas les autres définir votre personal branding à votre place.


Etape 7 : Investir en matériel et en savoir 


Ce n’est pas parce que vous aurez deux Nikon D6 et un studio de 70 mètres carrés que vous serez un meilleur photographe.

Mais il est évident que sans matériel de qualité, votre progression va être lente et difficile.

J’ai personnellement fait l’erreur lorsque je me suis lancé, de ne pas assez investir dans du matériel.

J’ai attendu de foirer des shoot photos pour des agences de presse avant d’acheter un flash cobra et des zoom ouvrant à f/2.8.

On dira ce qu’on voudra de la lumière naturelle et des focales fixes, mais quand vous aurez une commande d’une agence de presse internationale sur une grosse manifestation ou un déplacement présidentiel, on en reparlera…

L’investissement est une problématique centrale pour n’importe quel chef d’entreprise.

https://www.destination-reportage.com/voyage-sac-cabine

Avoir les meilleurs outils de production est important, tout comme le fait de savoir s’en servir.

Personnellement, j’investis plusieurs milliers d’euros par an en formation dans mon entreprise de photographe, afin d’acquérir ou approfondir de nouvelles compétences : marketing, vente, administratif, gestion, droit, techniques spécifiques de prise de vue, etc…

Et je vous recommande vivement de faire de même si vous voulez durer dans ce métier.


Etape 8 : Mettre en place une stratégie d’acquisition de clients 


Si vous avez lu mon livre « Photographe Stratège » ou mon blog du même nom, vous savez que j’adore ce mot.

Pour moi, la « Stratégie » est la clé de toute réussite.

L’Histoire « avec sa grande hache » comme disait Georges Perec, l’a bien montré.

Les innovations et les grandes avancées de notre société, tout comme les succès personnels ou collectifs ont toujours été menés par des hommes ou des femmes ayant fait preuve de stratégie.

Pas de victoire sans plan de bataille, pas de réussite sans stratégie.

Et dans notre cas, le nerf de la guerre est l’argent que l’on va gagner en vendant des photos ou des prestations à nos clients.

https://photographestratege.podia.com/ebook-photographe-stratege

Pour y parvenir, il faut apprendre à toucher sa cible et vendre.

Si vous avez fait vos devoirs à l’étape 3, ce sera plutôt facile. Il faudra simplement poursuivre la réflexion débutée au moment de l’identification du client idéal pour votre offre.

« Si mon client est directeur marketing de l’entreprise que je cible, je dois être en mesure de le trouver sur Linkedin, Facebook ou via mon réseau personnel et/ou professionnel » 

« Si je veux vendre mon reportage à la presse magazine féminine, je dois me rendre au kiosque à journaux le plus proche, acheter les magazines concernés et contacter les iconographes ou les rédacteurs en chef dont les noms sont renseignés dans ces mêmes magazines »

Au final, c’est pas si difficile.

Mais ce n’est pas évident. Ce n’est pas pour rien qu’il existe des formations et des écoles pour apprendre à faire tout ça.

Cependant, personne ne mettra en place une stratégie à votre place…


Etape 9 : S’entourer et ne pas rester seul


Le métier de photographe n’est clairement pas fait pour celles et ceux qui n’aiment pas la solitude… mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas développer quelques compétences en matière de relations sociales. 

En reportage, derrière l’ordinateur et au quotidien en règle général, nous sommes assez seuls face à nos challenges, nos obstacles et nos galères. 

Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut rester seul tout le temps.

En photographie comme en business, on se forme au contact des autres.
S’entourer d’entrepreneurs et de gens inspirants permet d’aller plus vite et plus loin !

Côtoyer et échanger régulièrement avec des gens qui ont déjà atteint les objectifs que vous vous êtes fixés sera même parfois la seule façon pour vous de réussir. 

Pour s’entourer de ce genre de personnes, il faut travailler sur son réseau, sortir dans des événements ciblés (séminaires, salons, conférences, apéros d’entrepreneurs, etc…) et intégrer des réseaux déjà actifs, comme par exemple une agence, une association, une institution ou encore un collectif. 

Personnellement, c’est ce qui m’a fait le plus grandir et progresser à ce jour.


Etape 10 : Ne jamais abandonner 


Facile à dire me direz vous !

Et pourtant, les photographes qui échouent sont celles et ceux qui abandonnent. Tout comme n’importe quel entrepreneur.

On est tous responsables de nos actions, de nos choix et de nos échecs.

Ce n’est pas la faute des autres, du marché, de la presse, de l’économie, ou du coronavirus… C’est de ta faute à toi !

Et le jour où l’on comprend que personne ne viendra nous sauver, on avance en se posant les bonnes questions et on franchit les obstacles avec courage et succès.

J’espère que cet article vous aidera à vous lancer dans les meilleures conditions, et qu’il vous motivera à vous dépasser pour atteindre tous vos objectifs, à commencer par celui de vivre de votre passion !



Fred
Je m'appelle Fred et je suis reporter-photographe professionnel. En plus de mon travail pour la presse magazine, j'aide les autres photographes, qu'ils soient amateurs ou professionnels. Mon métier de photographe m'amène à voyager un peu partout à travers le monde. J'en profite donc pour partager ces expériences et ces découvertes à travers des reportages et des carnets de voyage sur cette chaîne YouTube. Si vous êtes photographe amateur et que vous êtes à la recherche de conseils et d'astuces pour progresser en photo, faire de meilleures images et vous faire davantage plaisir en photographie, alors cette chaîne est faite pour vous ! ► Téléchargez gratuitement mon dernier livre « J’apprends la Photographie en mode Reportage" : http://bit.ly/pdfmethodephoto Aujourd'hui, j'arrive à vivre pleinement de ma passion : la photographie et j'aide des milliers de photographes à y parvenir eux aussi. Si vous êtes pro ou que vous souhaitez le devenir, je partage avec vous mes meilleurs conseils marketing et business pour trouver plus de clients, vendre plus de photos et vivre concrètement de ce fabuleux métier. ► Ressources pour photographe professionnel : http://bit.ly/ressourcesphotographepro